LE DIRECT
Troupes françaises des Nations-Unis près de Sarajevo, 3 octobre 1995

LE CLUB : Alep, où est passé le devoir d'ingérence ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Alep sous les bombes, la communauté internationale n'a-t-elle pour seule alternative que de ne rien faire ou d'intervenir militairement ?

Troupes françaises des Nations-Unis près de Sarajevo, 3 octobre 1995
Troupes françaises des Nations-Unis près de Sarajevo, 3 octobre 1995 Crédits : Oleg Popov - Corbis

Propos terribles que ceux prononcés par Ban Ki Moon ces jours-ci, à propos de ce qui se passe à Alep en Syrie. Le secrétaire général de l’ONU fait un double constat : celui de la tragédie vécue par les civils syriens : ‘’même un abattoir est un endroit plus humain’’ ; celui de l’impuissance d’une communauté internationale introuvable : ‘’le monde les a laissés tomber’’ dit encore Ban Ki Moon, ‘’ nous les avons laissés tomber’’ Enfer, prison à ciel ouvert, ville martyre : les descriptions qui nous parviennent d’Alep (depuis que la trêve a été rompue il y a près de deux semaines) témoignent toutes d’une situation intenable pour la population : impossible de fuir les bombardements des aviations russes et syriennes.

Face à une telle situation, c’est l’indignation qui l’emporte. Indignation d’autant plus vive qu’elle semble incapable de produire autre chose qu’elle-même. Malgré les attaques chimiques en août 2013, malgré la photo du petit garçon syrien mort sur une plage grecque l’an dernier, la guerre continue en Syrie, la diplomatie a (pour l’instant) échoué. Faut-il penser d’autres modes d’intervention ?

‘’Alep : où est passé le devoir d’ingérence ?"

Intervenants
  • politologue et enseignante en théologie politique à Sciences Po Paris
  • Journaliste et producteur de l'émission "Le Tour du monde des idées"
  • enseignant-chercheur au Centre d'histoire de Sciences Po
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......