LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le Hezbollah est-il une organisation terroriste?

40 min
À retrouver dans l'émission

Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU examinera demain une résolution visant à condamner l’intervention de « combattants étrangers » dans la ville de Qousseir, ville devenue ces derniers jours l’épicentre du conflit syrien. La résolution, déposée conjointement par les Etats-Unis, la Turquie et le Qatar, n’est pas davantage précise sur l’identité de ces combattants étrangers. Mais personne n’est dupe : il s’agit de viser directement le Hezbollah.L’organisation libanaise ne fait d’ailleurs plus mystère de son engagement sur le terrain, aux côtés de l’armée de Bachar el Assad. Le Hezbollah aurait perdu près d’une centaine de ses membres dans les combats. Des victimes promues, comme il se doit, au rang de martyrs. Cette implication dans le conflit syrien est à double tranchant pour le mouvement chiite libanais, fondé en 1982 à l’initiative de l’Iran.

Défendre le pouvoir en place à Damas, c’est défendre un de ses rares soutiens dans la région. Mais c’est aussi prendre le risque d’être marginalisé, sur le terrain libanais comme sur la scène internationale. En témoigne cette perspective de résolution à l’ONU, et surtout ce projet de l’Union européenne d’inscrire le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes. Jusque là, la France n’y était pas favorable, notamment du fait de l’engagement de ses soldats au sein de la FINUL, les Casques bleus du Liban. Mais la diplomatie française, par la voix de son patron, Laurent Fabius, vient d’opérer un virage : la France, assure-t-il désormais, va proposer « d’inscrire la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes ». La discussion entre Européens sur le sujet est prévue début juin.A première vue, il n’y a pas matière à débats. Enlèvements d’occidentaux dans les années 80, attentats au Liban, en Argentine, en Bulgarie comme ce fut le cas l’été dernier à Bourgas contre des touristes israéliens : il s’agit bien là d’actes terroristes. Mais le Hezbollah est aussi une organisation politique, qui joue le jeu des élections, qui participe au gouvernement : bref un acteur politique légitime au Liban. D’où l’idée sans doute de scinder ses activités en deux dans la condamnation.

Invités
Invités Crédits : Radio France

Le Hezbollah est-il une organisation terroriste ? ». C’est notre sujet du jour.

Et le contrepoint de Julie Gacon:

Michaël Prazan
Michaël Prazan Crédits : JG - Radio France

Quelle définition donner du terrorisme? Comment distinguer, dans le cas du massacre d'un soldat britannique dans le sud-est de Londres par exemple, l'acte terroriste du meurtre? Avec Michael Prazan, documentariste et auteur d'Une histoire du terrorisme chez Flammarion.

Écouter
8 min
Michaël Prazan

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Intervenants
  • Sociologue et politologue, chercheur à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM)
  • politologue et professeur à l'université Paris-Sud, Directeur du Conseil Géopolitique-Perspectives
  • journaliste, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, fondateur du journal en ligne Orient XXI
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......