LE DIRECT

Le pétrole est-il une malédiction pour les pays exportateurs ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Mauvaise nouvelle pour ceux qui négocient à la COP 21 : le prix du pétrole étant au plus bas, renoncer à cette énergie fossile s’avère d’autant plus compliqué. Mais la chute du prix du baril a aussi des conséquences économiques et sociales, voire politiques, sur les pays producteurs.

Sur le fleuve Nun au Nigeria, région pétrolière de Bayelsa où des milliers de familles survivent grâce au vol de pétrole brut
Sur le fleuve Nun au Nigeria, région pétrolière de Bayelsa où des milliers de familles survivent grâce au vol de pétrole brut Crédits : A. Akinleye - Reuters

Bien loin des sommets atteints quelques années plus tôt, lorsque le même baril se négociait à plus de 100 dollars, et que bon nombre d’experts annonçait une inflation galopante, du fait de l’épuisement de cette ressource.

Si épuisement il y a, il n’est pas encore en vue. La production est abondante, et la décision, vendredi dernier, de l’OPEP (l’organisation des pays exportateurs de pétrole) de ne pas toucher à ses quotas a contribué à faire flancher un marché qui n’était déjà pas bien portant.

Un pétrole bon marché, c’est évidemment une mauvaise nouvelle du point de vue de la protection de l’environnement.

Pouvoir rouler à bas prix n’incite pas à laisser sa voiture au garage au profit des transports en commun.

Mais c’est aussi un drame pour les populations qui vivent dans des pays où le pétrole est la principale richesse, parfois même la seule. Quand le principal pilier d’une économie vacille, c’est tout l’équilibre social du pays qui est menacé.

Marc-Antoine Pérouse de Montclos et Philippe Chalmin
Marc-Antoine Pérouse de Montclos et Philippe Chalmin Crédits : JCF - Radio France

Avec Philippe Chalmin,  professeur d'histoire économique à l'université Paris-Dauphine, spécialiste des marchés de matières premières

Luis Martinez,  politiste au CERI, spécialiste du Maghreb contemporain, auteur de « Violence de la rente pétrolière: Algérie, Libye, Irak (Presses de Sciences Po, 2010)

et Marc-Antoine Pérouse de Montclos,  Directeur de recherches à l'Institut de recherche pour le développement Chercheur associé à l'Institut français de géopolitique (Université Paris 8).

Suivez-nous aussi sur:

twitter
twitter
Intervenants
  • politiste et spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient, directeur de recherche au CERI. Ses recherches portent sur l’Etat au Maghreb, la démocratisation, l’islamisme et la rente pétrolière.
  • Politologue, Directeur de recherche, IRD
  • Professeur d'économie à l'université de Paris Dauphine.
L'équipe
Production
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......