LE DIRECT

Le travail des séniors

40 min
À retrouver dans l'émission

La question de l'emploi des séniors, c'est-à-dire des travailleurs âgés de 55 à 64 ans, est cruciale pour le maintien de notre niveau de vie actuel. Faute de conserver - ou de faire revenir - dans l'emploi la majorité de ces séniors, notre pays ne pourra pas financer les retraites à la hauteur des promesses et il ne pourra garantir aux autres une progression de leurs revenus. La manière dont a été traitée jusqu'à une période récente cette question de l'emploi des séniors est un révélateur. C'est une espèce de filtre grossissant des erreurs commises trop longtemps dans notre pays sur le front de l'emploi. Elle est d'abord révélatrice, cette manière, de notre malthusianisme : durant les années 1980 et 1990, les gouvernements successifs ont cru voir dans la mise au rencart de travailleurs encore dans la force de l'âge un moyen de faire baisser les taux de chômage. De leur côté, les entreprises se sont débarrassées de leurs salariés les moins jeunes - et donc les plus coûteux, dans le système français - en faisant financer par la collectivité d'innombrables pré-retraites. Résultat : non seulement notre pays s'est privé d'une force de travail que la pyramide démographique rendait indispensable, mais nos systèmes de financement des retraites sont désormais menacés d'implosion. Elle est révélatrice aussi des effets pervers d'un système de protection sociale qui a longtemps favorisé le maintien en place des inclus au détriment des exclus : la fameuse « contribution Delalande », qui punissait d'amende les employeurs licenciant des séniors, loin de protéger ces derniers, s'est retournée contre l'ensemble du groupe d'âge : un sénior tombé hors de l'emploi n'avait pratiquement plus aucune chance de retrouver un CDI, tant l'employeur redoutait de se voir appliquer la fameuse « contribution » en cas de licenciement. Elle est révélatrice encore d'une forme d'aveuglement national qui nous a fait trop longtemps croire que nous pourrions évoluer impunément à rebours de nos partenaires européens : est-ce un hasard si, avec un taux d'emploi des séniors de 36 % en France - contre 68 % en Suède, 60 % au Danemark et 55 % au Royaume-Uni -, notre pays se révèle être aussi plus endetté et moins performant sur le plan commercial, que la moyenne des autres membres du club ? Elle est révélatrice enfin de nos hypocrisies. En retardant de facto l'âge du départ en retraite - ouvrant droit à une pension complète - nos gouvernants ont prétendu inciter les séniors à travailler le plus tard possible - sans se préoccuper du fait que le marché du travail leur était fermé dans la réalité des faits. Sous la pression de l'Union européenne, une Conférence nationale pour l'emploi des séniors a eu lieu cet été. Un certain nombre de dispositions y ont été adoptées. Suffiront-elles à permettre aux séniors de venir à bout de la discrimination face à l'emploi dont ils ont été trop longtemps victimes dans notre pays ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......