LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le vote FN traduit-il une "insécurité culturelle" des classes populaires ?

38 min
À retrouver dans l'émission

Comme souvent au lendemain d’une élection, il y a 2 façons d’examiner les résultats. Celle qui consiste à voir le verre à moitié plein, et l’autre, le verre à moitié vide.

Ainsi les 13,77% enregistrés hier par le Front national. Score décevant (pour les militants frontistes s'entend) si l’on se réfère à celui réalisé par Marine Le Pen à la présidentielle. Décevant encore par rapport à son plus haut historique pour ce type d’élection : 14,9 % des voix en 1997 : le parti, alors présidé par Jean-Marie Le Pen, avait réussi à maintenir des candidats au second tour dans 133 circonscriptions : 2 fois plus qu’en 2012.

Sylvain Bourmeau et Laurent Bouvet
Sylvain Bourmeau et Laurent Bouvet Crédits : M lucchesi - Radio France

Mais avec 13,77%, le FN creuse l’écart avec ses principaux poursuivants : le Modem, les Verts, le Front de gauche surtout, et semble s’imposer durablement comme la 3e force politique en France.

Avec, peut-être, à la clé une petite poignée de députés. Comment interpréter cet ancrage et cet écart ? Au lendemain du 1er tour de la présidentielle, la Gauche populaire (collectif regroupant des élus et des intellectuels) tentait une explication en inventant un nouveau concept : l’insécurité culturelle, laquelle se manifesterait par « le fait de se sentir menacé de façon diffuse  », et d’attribuer cette menace aux autres. Un des symptômes en quelque sorte de la mondialisation et du multiculturalisme. L’insécurité culturelle. Il faut bien dire que cette notion est encore un peu floue. Voire dangereuse pour certains, qui, à gauche également, y voient un signe de « lepénisation des idées  », une façon d’accréditer les thèses du Front national. Depuis fin avril, la polémique autour de cette notion est particulièrement vive sur les réseaux sociaux entre ses partisans et ses détracteurs.

Les résultats d’hier peuvent-ils permettre de les départager ?

Le vote FN traduit-il une insécurité culturelle des classes populaires ?

Intervenants
  • Politologue.
  • Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......