LE DIRECT

L'enseignement de la littérature a-t-il de l'avenir ? Cours de littérature : que transmet-on ? de la culture ou des compétences ?

40 min
À retrouver dans l'émission

La série littéraire au lycée est « menacée d'une extinction rapide ». C'est le constat alarmant dressé par un récent rapport des inspections générales de l'Education Nationale. En quinze ans, les effectifs de la série L ont baissé de 28 % quand ceux de la filière économique et sociale augmentaient de 18 %, et ceux de la série scientifique (S) de 4 %.« Les enjeux ne sont pas minces », concluent les inspections générales, avec un sens certain de la litote. Le tableau est donc sombre, même si évidemment la littérature ne s'enseigne pas que dans ces filières spécialisées. Quoique...c'est une partie de la question : enseigne-t-on vraiment la littérature dans les cours de français au collège et au lycée ? Comme l'écrit avec clarté T Todorov : aujourd'hui, « à l'école, on n'apprend pas de quoi parlent les oeuvres, mais de quoi parlent les critiques. » « On se demandera donc si le Procès s'apparente au registre comique ou à celui de l'absurde, au lieu de chercher la place de Kafka dans la pensée européenne. » Ces propos sont tirés du nouvel essai de T. Todorov, intitulé explicitement La littérature en péril. Il s'agit d'un plaidoyer pour un enseignement qui quitte le ghetto formaliste dans lequel il s'est asséché et redonne toute sa place à la littérature comme expérience singulière et universelle, comme ouverture vers une compréhension élargie du monde humain. Ce parti-pris ne se comprend qu'à la lumière du débat qui agite le monde de l'enseignement des lettres depuis une petite dizaine d'années. Et qui oppose, sommairement, les artisans d'une réflexion didactique dont l'objectif est de permettre à l'enfant de construire une distance critique avec le langage, - les programmes actuels sont largement tributaires de cette approche - et ceux pour qui c'est la transmission d'une culture littéraire qui est l'objet premier de l'école. On pourrait caricaturer encore en disant qu'il y a d'un côté ceux qui prônent le retour au culte des grands anciens et de l'autre ceux qui professent une attitude de soupçon face au langage, largement inspirée d'ailleurs par le structuralisme, dont T.Todorov lui-même était l'un des plus éminents représentants il y a 30 ans. Mais dans l'espace intellectuel comme ailleurs, il y a des cheminements, des retours critiques, et des interprétations abusives qui remettent en cause les postulats de départ, bref le monde change, les esprits aussi. Alors comment concevoir un nouvel enseignement des lettres, qui ne tombe ni dans le piège du formalisme, ni dans celui de la nostalgie ? nous en débattons.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......