LE DIRECT

Les flux migratoires et la mondialisation : menace ou promesse ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Dans le cadre de "France Culture en campagne : thème 1 : la mondialisation" Dans le cadre des deux jours que France Culture consacre à la mondialisation, la question migratoire s'imposait puisque nous serons demain à Calais où le Camp de Sangatte a maintenant été fermé depuis 4 ans : aujourd'hui menace ou promesse ? A pied, en avion, en bateau, en bus, chaque jour des milliers de personnes - réfugiés, expatriés, travailleurs ou étudiants - riche ou pauvre, en situation régulière ou non, quittent leur pays pour aller s'installer à l'étranger. Aujourd'hui près de 200 millions de personnes résident ailleurs que là où elles sont nées. Cela ne représente qu'à peine plus de 3% du nombre total d'habitants de la planète. C'est pourtant devenu l'une des questions que soulève à nos yeux la mondialisation, même si depuis 1965, c'est toujours à peu près cette même proportion de 3% de la population mondiale qui choisit de prendre la route. La nouveauté, c'est que les trajectoires se sont internationalisées et les mouvements complexifiés. Même si 60% des migrants partent vers un autre pays du Sud ( cette migration Sud-Sud est souvent oubliée), l'Europe est devenue un pôle attractif, aux côtés des Etats-unis et ( on l'ignore souvent) du golfe arabo-persique. L'une des grandes lignes de fracture qui traverse la géographie des migrations, c'est bien sûr la Méditerranée. D'un côté un continent appauvri dont l'ONU évalue à 50 millions le nombre de personnes appelées à se déplacer en raison de la désertification, des inondations et des tempêtes liés aux changements climatiques, l'Afrique, et de l'autre l'Union européenne qui croit en la possibilité de freiner ces mouvements migratoires par des mesures de contrôle. Même si beaucoup d'observateurs répètent à loisir - même sans être entendus semble-t-il - qu'il y a peu de chance que le flux migratoire se tarisse de lui-même ou par la magie d'une hypothétique « ligne Maginot » maritime que l'on laisserait le soin à l'Espagne ou à l'Italie de déployer devant leurs côtes. Aujourd'hui la politique de contrôle aboutit à un retour des camps en Europe et surtout à ses frontières extérieures. L'immigration est incontestablement vécue comme une menace. Pourtant des organisations comme l'Onu ou l'OCDE ont à plusieurs reprises insisté sur la nécessité de contrecarrer le vieillissement voire le déclin de nos populations par un accueil plus ouvert aux migrants. Nous voici donc devant l'alternative qui structure le débat public aujourd'hui : menace ou promesse ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......