LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les intégrismes religieux menacent-ils la science ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Depuis quelques semaines, collèges, lycées et universités reçoivent gratuitement un Atlas de la Création, un curieux ouvrage signé Harun Yahya. Le Ministre Gilles de Robien a demandé aux recteurs de veiller à ce que cet ouvrage, qui « ne correspond pas au contenu des programmes scolaires établis par le ministère », ne se retrouve pas dans les mains des élèves. Et pour cause, le coeur du propos qui y est développé est une réfutation du darwinisme et de la théorie de l'évolution. Harun Yaha est en réalité un musulman intégriste qui vit en Turquie. Il expédie ses ouvrages dans le monde entier et dans une multitude de langues, en espérant convaincre que « ceux qui perpétuent la terreur dans le monde sont en réalité les darwinistes ». « Le darwinisme est la seule philosophie qui valorise et donc encourage le conflit » écrit-il sous une photo représentant les attentats du 11 septembre et reproduite dans son Atlas. Offensive trop grossière pour être vraiment dangereuse ? Sans doute. Mais l'émergence d'un créationnisme musulman ne peut réjouir personne. Elle accrédite l'idée que nous entrons dans un nouveau moment d'hostilité entre science et religion. La communauté scientifique américaine qui voit resurgir un fort courant créationniste, berceau également de son succédanée qu'est l'intelligent design, est en proie aux plus vives inquiétudes. Il faut croire que la conflictualité entre les deux magistères, la science et la religion, n'est pas prête de disparaître - comme on avait pu raisonnablement le croire. Peut-être est-elle-même indépassable. Un chef religieux comme Jean-Paul 2 a beau tenté de minimiser l'opposition historique de l'Eglise aux progrès de la science, en récusant que Galilée en fût le symbole, il y a bien toujours le sentiment que c'est à regret, à contre-coeur, que les dogmes doivent s'adapter aux dernières découvertes savantes. La théorie de l'évolution qui s'attaque à la question sensible des origines de l'homme est particulièrement en butte à ce type de réticences. Alors comment rendre possible la cohabitation du discours religieux et du discours scientifique, sans que l'un soit dévoré par l'autre ? est-ce faisable ? Et à quelles conditions ?

Intervenants
  • Professeure de Biologie cellulaire et moléculaire à l’Université Paris 6
  • paléoanthropologue au Collège de France, auteur notamment de « Le nouvel âge de l’Humanité » ed. Allary.
  • Historien des sciences et théologien, chargé des questions éthiques au CNES.
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......