LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les limites de la démocratie indienne

38 min
À retrouver dans l'émission

Du Grain à moudre en public et en direct du centre Pompidou à ParisA l’occasion de la journée spéciale que France Culture consacre à l’Inde

Avec :

Vaiju Naravane , correspondante à Paris pour l’Europe du quotidien national « The Hindu »,

Mira Kamdar , directrice de recherche au World policy institute (New-York), auteur de : Planet India : l'ascension turbulente d'un géant démocratique (Actes Sud, 2008),

et

Max-Jean Zins, chargé de recherches au CERI, et Directeur du programme bilatéral en sciences sociales entre la France, l’Inde, et l’océan indien à la fondation nationale des sciences de l’homme.

Une exposition qui vient d'ouvrir ses portes et qui se tient jusqu’au 19 septembre au Centre Pompidou. Un travail qui propose le regard d’artistes indiens et français sur l’Inde d’aujourd’hui, sur la société indienne contemporaine, qui est aussi la plus grande démocratie au monde avec 714 millions d’inscrits sur les listes électorales.Une Inde en pleine croissance économique dont Barack Obama lors de sa visite en janvier dernier, disait qu’elle avait «émergé». Les Indiens, les commentateurs de la presse indienne en avait exprimé une grande fierté. Pourtant dans le même temps l’Inde était secouée par un immense scandale de corruption politico financière relatif à des contrats de téléphonie mobile : 37 milliards de dollars se sont évaporés dans l'affaire.Alors pour reprendre les termes de l’écrivain engagée Arundhati Roy : "que se passe-t-il quand la démocratie et l’économie de marché ont fusionné en un organisme prédateur dont l’imagination indigente se limite à graviter presque entièrement autour de l’idée de maximaliser le profit ? Qu’avons-nous fait de la démocratie ?". Questions qu’elle formule dans son dernier ouvrage – "La démocratie, note de campagne " – un recueil d’article paru en février dernier chez Gallimard.Alors ? la démocratisation du pays est-elle, paradoxalement, freinée par son essor économique ?Autre limite dont on parle peu : celle des libertés publiques. Du fait des tensions religieuses avec la minorité musulmanes (150 millions d’Indiens) mais aussi avec les Adivasis qui restent des Indiens de seconde zone et dont la survie est aujourd’hui menacée comme jamais par la prédation économique sur leurs terres, principalement à l’est de l’Inde.Aujourd'hui de nombreuses initiatives issues de monde social s’incarnent dans des combats locaux, qui se fédèrent autours de personnalités héroïques, comme Binayak Sen, médecin au chevet des Adivasis et plusieurs fois emprisonné; Anna Hazare qui par une grève de la faim a fait plier le gouvernement qui va voter une nouvelle loi contre la corruption en juillet, ou Sampat Pal Devi du fameux gang des saris roses qui se bat pour la justice sociale dans l’Uttar pradesh. Eux, et bien d'autres, secouent la démocratie de la grande Inde. Peuvent-ils la faire avancer ? Peuvent-ils empêcher qu'elle recule?

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......