LE DIRECT

Les manuels scolaires de SES sont-ils anti-business?

40 min
À retrouver dans l'émission

Et toc, c'est reparti, l'enseignement de l'économie au lycée est au coeur d'une nouvelle polémique. Les manuels vont même faire l'objet d'un audit lancé par le ministre de l'Education nationale. Une commission présidée par R. Guesnerie, professeur au Collège de France, sera chargée de revoir les programmes et d'étudier les manuels. Elle comptera parmi ses membres Michel Pébereau, président de l'Institut de l'Entreprise et Sylvain David, président de l'Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), qui est ce soir en duplex avec nous. L'accusation de partialité des manuels, comme des enseignants, est ancienne, elle revient cette année encore, cette fois-ci à l'initiative de l'association Positive Entreprise. Dans une étude intitulée L'entreprise dans les programmes scolaires, publiée à la rentrée 2007, l'association proche du Medef voir dans l'enseignement des SES la source du « fossé entre les jeunes et l'entreprise ». Elle parle d'obsolescence des catégories convoquées. « La sémantique utilisée, peut-on lire, est un hommage au grand capital de Marx avec notamment l'utilisation des termes tels que « patron » pour « chef d'entreprise » ou encore le développement important des notions d'exploitation, d'aliénation, de conflit et de lutte des classes » et encore : « L'entreprenariat et la réussite ne sont jamais valorisés. (...) Les développements consacrés au travail traitent surtout du chômage, de la précarité, de l'exclusion, de l'exploitation, du stress, du harcèlement ... jamais de l'épanouissement personnel et de la réalisation de soi grâce à l'exercice de son métier. » Bref tous ces manuels seraient formidablement anti-business, bien trop keynésiens, étatiques, ou critiques de la mondialisation. Rappelons tout de même que les programmes ont l'ambition de former des citoyens, et non de futures ressources humaines. Une petite dose d'esprit critique ne fait jamais de mal. Reste la réelle difficulté à laquelle tout enseignant est confronté : existe-t-il une présentation objective de l'entreprise ? Si je propose cette définition a minima « l'entreprise a pour objectif principal de maximiser les profits », suis-je déjà suspecte ? Quand donc commence le grand saut dans l'idéologie ? Peut-on faire abstraction du fait que l'économie est, a été, et sera toujours en débat ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......