LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les médias ont–ils un comportement grégaire?

38 min
À retrouver dans l'émission

Etes-vous média addict ? Au contraire, pensez-vous que l’inf-obésité est un mal moderne et qu’on nous répète toujours les mêmes infos ? L’affaire DSK vous a-t-elle lassé ou bien cloué derrière un écran de télé ou d’ordinateur ?En tout cas, les audiences de la télévision, des sites d’information sur internet et la vente de journaux papier ont battu des records historiques les jours qui ont suivis l’arrestation de Dominique Strauss Kahn. Des audiences bien supérieures à celles enregistrées pour les récents évènements de portée historique comme les révolutions arabes, la mort de Ben Laden ou encore après le Tsunami au Japon et la catastrophe nucléaire de Fukushima.Pourtant au fil des heures qui ont suivi l’arrestation du directeur du FMI, et dans l’attente de faits nouveaux, on a beaucoup répété (du coté des médias) et beaucoup entendu (du coté du public) les mêmes faits et aussi les mêmes commentaires et les mêmes opinions qui n’en finissaient plus de circuler. Par exemple la polémique au sujet des images de Dominique Strauss Khan menotté (fallait-il les montrer ou pas), la comparaison entre les systèmes judiciaires français et américain, les soupçons de complots, l’accusation de complicité des médias qui en savaient évidemment beaucoup plus que le public, nous y reviendrons ce soir.Emballement qui est loin d’être une première. Nous appellerons cela la boucle médiatique. Un phénomène qu’Hervé Brusini analyse dans son ouvrage Copie conforme comme l’art de produire de la similitude dans le choix et le traitement des informations, un art qui s’est raffiné depuis les années 50 et les débuts de la télévision, en particulier avec l’avènement des chaines d’info en continu.Un « art », un savoir faire, dont on va se demander ce soir comment il a évolué et évolue encore avec internet alors même que que s’ouvrait ce matin le G8 de l’internet). Le web et son immédiateté d’abord, puis le web.2 et son ouverture aux participations, ont bouleversé l’économie de la presse, ont –ils profondément modifié à la production et à la réception de l’information et comment?Le journaliste « augmenté », tel que nous le promettent les optimistes du net, évitera-t-il l’erreur, la répétition, le ressassement ? Ou au contraire les favorisera-t-il brouillant la frontière entre l’information et le commentaire, et abattant les hiérarchies traditionnelle de l’info ? Enfin, la prolifération de signes entraine-t-elle la disparition du sens comme le craint Edgar Morin ? On en débat ce soir avec nos trois invités.

Avec :

Hervé Brusini , journaliste, auteur notamment de : Copie conforme : pourquoi les médias disent tous la même chose ? (Seuil, mai 2011)

Eric Scherer , auteur notamment de : A-t-on encore besoin des journalistes ? : manifeste pour un journalisme augmenté (PUF, 2011)

David Servenaiy , journaliste à Owni

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......