LE DIRECT

Les musées sont-ils à vendre ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Les musées de France, le Louvre, Orsay, et maintenant le Quai Branly, sont-ils des marques à valoriser ? Depuis quelques années, on constate une mutation des musées dont l'un des axes est de toute évidence, et c'est tant mieux, une attention plus grande portée au public, à sa formation, son éducation. Certaines expositions se sont imposées comme des succès incontestés, provoquant des files d'attente gigantesques, quand parfois, ironie de la chose, les salles du musée attenantes restaient vides. Quoi qu'il en soit, on en peut que se réjouir de voir les visiteurs et les oeuvres parcourir des distances de plus ou plus grandes, les uns et les autres célébrant ainsi par leur déplacement l'universalité de l'art. Mais faut-il toujours se réjouir quand les plus grands chefs d'oeuvre des collections françaises comme Et in Arcadia Ego de Poussin, le Baldassare Castiglione de Raphaël ou Le Jeune Mendiant de Murillo sont déposés pour plusieurs mois à Atlanta aux Etats-Unis en échange de 13 millions d'euros ? Prêt, échange à caractère scientifique, ou pure et simple location à des fins marchandes ? Une tribune signée de Françoise Cachin, Jean Clair, et Roland Recht, et parue dans le quotidien du soir, porte le fer contre ces nouvelles pratiques qui transforment les objets du patrimoine en biens de consommation. A l'inverse, le rapport sur l'économie de l'immatériel remis à Thierry breton en novembre dernier par Maurice Levy et jean-Pierre Jouyet défend la valorisation de nos musées comme des « marques », des marques culturelles, qu'il serait absurde de ne pas rentabiliser. Et de citer en exemple le Guggenheim qui accorde un droit d'usage sur son nom en échange de quelques millions de dollars et sous quelques conditions, évidemment, de qualité. Pourquoi ne pas imaginer de vendre la marque du Louvre ? Un projet en ce sens est à l'étude à Abu Dhabi ; les négociations portent en ce moment sur le droit d'utilisation de la marque et sur la durée de ce droit. Ira-t-on jusqu'au bout, comme le préconise le rapport ? faudra-t-il aussi, dans la même logique, mettre les oeuvres au service de la marque et s'en séparer si besoin est, en les remettant sur le marché ? Cela est aujourd'hui, en tout cas, impossible aux musées de France, publics ou privés - le principe d'inaliénabilité des oeuvres étant inscrit dans la loi.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......