LE DIRECT
Les routes migratoires ne font-elles que se déplacer ? [Ceuta, 2015]

Les routes migratoires ne font-elles que se déplacer ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Impact immédiat : depuis l’entrée en vigueur de l’accord entre l’Union européenne et la Turquie, le nombre de migrants arrivés illégalement en Grèce a diminué. Mais fermer une route ici, n’est-ce pas en ouvrir d’autres ailleurs ?

Les routes migratoires ne font-elles que se déplacer ? [Ceuta, 2015]
Les routes migratoires ne font-elles que se déplacer ? [Ceuta, 2015] Crédits : Juan Medina - Radio France

Pour la Suède, le changement est spectaculaire. Alors que le pays recevait jusqu’à 10 000 demandes d’asile par semaine en octobre dernier, le nombre n’est plus que de 500 désormais. L’office suédois des migrations vient d’établir ses prévisions pour l’année en cours : il devrait y avoir de deux à trois fois moins de demandeurs d’asile en 2016 par rapport à 2015. A cela, plusieurs raisons. D’abord, la Suède a systématisé les contrôles d’identité des passagers venus du Danemark, pour faire la chasse aux clandestins. Ensuite, la route Ouest des Balkans, qui part de Grèce pour passer en Macédoine, en Serbie, en Croatie, cette route est désormais fermée, les pays traversés ayant pris des mesures radicales de contrôle de leurs frontières.

Enfin, il y a l’accord conclu le mois dernier entre Bruxelles et Ankara. Le principe : pour chaque Syrien renvoyé en Turquie, un autre de ses compatriotes sera réinstallé en Europe, dans la limite de 72 000 personnes. Vue de la Suède, la ‘’crise des migrants’’ est donc moins perceptible désormais. Mais ce qui vaut pour ce pays ne vaut pas pour tous les autres. La Syrie, l’Afghanistan, restent des pays en guerre. En Libye, plus de 400 000 personnes réfugiées et déplacées à l’intérieur du pays seraient prêtes à partir vers l’Europe, selon la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. La route des Balkans est fermée, la traversée de la Méditerranée depuis la Turquie devient vaine…mais le désir de partir, lui, est intact

« Les routes migratoires ne font-elles que se déplacer ? »

Caroline Douki, Céline Schmitt, Nelly Robin
Caroline Douki, Céline Schmitt, Nelly Robin Crédits : JCF - Radio France

Liens

  • Site officiel de l'agence de l'ONU pour les réfugiés(UNHCR)
  • Carte interactive sur les flux migratoires en méditerranée (IMap)
  • Caroline Douki : « Les migrations ne sont pas une anomalie » (La Marseillaise)
  • Migrations et migrants : cartes et analyses récentes (Ressources documentaire Géoconfluence)
Intervenants
  • porte-parole du HCR en France
  • Géographe, de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), spécialiste des routes migratoires
  • Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris 8 (Vincennes-Saint-Denis), spécialiste de l’histoire des migrations internationales aux XIXe et XXe siècles
  • Journaliste reporter pour "Le 1"
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......