LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les salafistes sont-ils influents en France ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Le salafisme mène-t-il à la radicalisation ? Remettons-nous en mémoire un événement qui s'est produit il y une dizaine de jours, et qui a été un peu éclipsé par l'attente du scrutin, le double attentat d'Alger. Ce double attentat a ravivé le spectre du terrorisme sur le sol français, d'autant plus qu'il existe le précédent espagnol : les explosions de mars 2004 dans les trains madrilènes étaient intervenus en pleine campagne électorale. Le dernier attentat islamiste commis en France remonte pourtant au 3 décembre 1996 quand, à Paris, le GIA algérien avait fait explosé une bonbonne de gaz dans le RER à paris, C'était à la station Port-Royal. Depuis il semble qu'au moins deux tentatives aient été déjouées. Il faut, au succès des services de renseignement français, ajouter un autre élément pour comprendre cette accalmie, nous dit un ancien officier, Alain Rodier, cité dans Libération : « la France est plus un base logistique qu'opérationnelle. Des recrutements, des financements sont effectués en France mais à destination d'autres théâtres. » Il semble certain en tout cas que la majorité des réseaux sur notre sol, comme sur le sol belge, hollandais ou italien, soit tenue par le Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat, le GSPC, un groupe algérien qui a fait allégeance à Al-Qaeda le 11 septembre dernier. Ce qui fait dire à ce même expert que la question n'est pas de savoir s'il y aura un attentat en France, mais où, quand et comment. Pour eux nous sommes toujours des croisés qui de surcroît soutiennent des apostats comme le président Bouteflika. Quoi qu'il en soit, optimiste ou pessimiste sur nos chances d'échapper à une agression, il est intéressant d'essayer de comprendre comment ces groupes dangereux recrutent en France, quel est cet islamisme radical qui leur sert de terreau. L'emprise de cet islamisme sur les jeunes français est sujette à controverse : en augmentation pour certains, en recul pour d'autres.

Intervenants
  • anthropologue, directrice générale du Centre de Prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI)
  • sociologue
  • écrivain, journaliste et chroniqueuse aux Matins de France Culture
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......