LE DIRECT

Les vrais sujets sont-ils dans la campagne ? 4-Les fonds d'investissement sont-ils des prédateurs ?

40 min
À retrouver dans l'émission

La France n'a pas de fonds de pension ; elle a ceux des autres. Notre pays est l'une des premières destinations du monde pour les capitaux qui cherchent à s'investir. Nous ne devons pas être si mauvais, puisque l'étranger rachète nos entreprises. Enfin un domaine où nous réussissons : l'attractivité de l'Hexagone pour les investissements directs étrangers est en hausse. Ils ont progressé de 40 % en un an, passant de 63 milliards de $ en 2005 à 88 en 2006. Un salarié français sur 7 travaille dorénavant pour une entreprise d'origine étrangère -contre 1 sur 10 en GB. Personne ne s'en plaindrait - aux yeux du travailleur, ce sont les capitalistes qui n'ont pas de patrie : que me chaut celui qui m'exploite tant qu'il me conserve mon boulot ! Le problème commence précisément lorsque le racheteur de mon entreprise se met en tête d'en augmenter la rentabilité et finit par se convaincre que c'est mon poste de travail qui n'est pas suffisamment rentable par rapport à ses objectifs. Et qu'un intérimaire, embauché par un sous-traitant ferait aussi bien que moi pour moins cher... Quand, en plus, mon racheteur s'est offert mon entreprise en empruntant de l'argent qu'il va rembourser grâce aux profits qu'il escompte de son acquisition, n'ai-je pas des raisons de m'énerver ? La technique du rachat d'entreprises par l'endettement s'est développée ces dernières années. Le LBO (dés qu'il s'agit de finances, on se met à parler anglais) LBO donc pour leverage by-out, consiste à acquérir une entreprise par effet de levier : on rachète en partie à crédit et on paye les intérêts de sa dette en se servant sur l'entreprise rachetée. On restructure, on élimine le gras, on refait du muscle, on revend... et on a gagné de l'argent, au passage. D'un côté, la CGT a créé un Collectif pour dénoncer ceux qu'elle surnomme les « requins de la finance ». De l'autre, l'Association française des investisseurs en capital (Afic) fait valoir que les fonds d'investissement étrangers ont créé, en France, plus d'emplois que les entreprises du CAC 40 ; exactement 60 000 postes en 2005 et 2006, soit une hausse de 4%, contre moins 0,2 % côté CAC 40 - selon une étude menées par le cabinet Ernst & Young. Les partisans du LBO font valoir que les 4 852 PME entre les mains d'actionnaires étrangers, dont près de 1700 acquis par la technique du LBO, ont vu croître non seulement leurs profits, mais aussi leurs effectifs (respectivement de 7 et de 4%, selon Les Echos). La question reste posée : les objectifs des fonds d'investissement : gagner de l'argent dans un laps de temps relativement court sont-ils compatibles avec ceux des salariés ?

Intervenants
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......