LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les vrais sujets sont-ils dans la campagne ? Comment réformer la justice après Outreau ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Tous les mardis, notre série les vrais sujets sont-ils dans la campagne ? : le vent de réforme qui s'est levé l'année dernière a-t-il dépoussiéré notre système judiciaire ? Ou a-t-il rendu son équilibre encore plus précaire Après le scandale d'Outreau, l'émotion suscitée par la rediffusion télévisée de la Commission parlementaire il y a tout juste un an, on aurait pu s'attendre à ce que la justice, et sa réforme, soit l'un des sujets débattus ardemment dans cette campagne présidentielle. Il n'en est rien ; les candidats, en vérité, se sont très peu exprimés sur la question et c'est Nicolas Sarkozy qui a le plus volontiers abordé le thème de la justice mais en le réduisant pour l'instant aux problèmes des mineurs récidivistes et des peines planchers. Pourtant, que de thèmes avaient été soulevés, à juste titre au moment de la Commission : la responsabilité élargie des magistrats, l'indépendance de l'institution judiciaire, son efficacité, le pacte de confiance à restaurer entre les juges et les citoyens, chacun y était allé de sa tribune pour nourrir le débat public. Certes, depuis, une réforme a eu lieu, elle a été votée très vite le mois dernier, avant la fin de la cession parlementaire. Le texte promulgué, censé répondre au fiasco de l'affaire d'Outreau, comporte l'extension des instructions à trois juges pour les affaires complexes, la limitation de la détention provisoire, avec saisine de la chambre d'instruction 3 mois après la détention, et l'enregistrement audiovisuel obligatoire des interrogatoires de police et de juges. Cette réforme est plutôt sévèrement jugée par le monde judiciaire qui l'accuse de manquer d'ambition. Hier, le juge Burgaud a été entendu par le Conseil supérieur de la magistrature qui doit étudier sa responsabilité dans le fiasco judiciaire d'Outreau. Cette affaire aurait-elle dû être le signal pour une refonte totale ? Sur quelles bases ? Fallait-il carrément supprimer les juges d'instruction qui ont beaucoup ( beaucoup trop, disent certains) de pouvoirs ? Mais comment maintenir un équilibre avec un parquet qui dépend si étroitement du pouvoir exécutif ? Il ne s'agirait pas, non plus, que l'affaire d'Outreau soit le prétexte d'une reprise en main du judiciaire par le politique.

Intervenants
  • Magistrat, vice-président au Tribunal de Grande Instance de Paris
  • avocat, ancien bâtonnier de l’ordre des avocats du Val d’Oise, Député du Val d’Oise, coprésident de la commission d’Outreau
  • Magistrat, ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature, ancien président de l'Union syndicale des magistrats (USM)
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......