LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'état du langage et la responsabilité des intellectuels.

40 min
À retrouver dans l'émission

Alors que l'actualité politique nous ramène, une fois encore, à la question de l'engagement des intellectuels, et donc à la question de leur responsabilité morale et à celle de leur influence réelle sur les choix collectifs, paraît un livre important sur la question du langage et de ses usages. Dans « le pouvoir de la langue et la liberté de l'esprit », le philosophe Jacques Dewitte nous invite à réfléchir sur la capacité du langage à dissimuler - jusqu'à les faire disparaître de la conscience collective les réalités qui contredisent les préjugés au pouvoir. Sur cette autre capacité perverse du pouvoir à faire apparaître des utopies - que contredit l'expérience quotidienne de ses usagers. Mais aussi sur le pouvoir que peuvent prendre les écrivains lorsqu'ils se risquent à détourner des mots apparemment usés par l'idéologie, pour tenter de dire, quand même, la vérité. Certes, les auteurs sur lesquels vous réfléchissez, Jacques Dewitte, sont des gens qui ont livré bataille aux totalitarismes. Le sanglant XX° siècle européen est, paraît-il, derrière nous. Les intellectuels, aujourd'hui, sont réputés plus modestes et plus sages... Pourtant comment ne pas entendre que d'autres novlangues sont venues altérer notre capacité à nommer les maux dont souffre notre société ? Nombre de commentateurs avaient relevé, il y a 5 ans, le formidable décalage entre la nature des problèmes qui assaillent notre société et la capacité de la classe politique à les prendre en charge. Avons-nous beaucoup progressé depuis ? Par ailleurs, le recours à l'euphémisme dissimulateur, à l'invalidation sournoise des propos rapportés, la mauvaise foi partisane, la diabolisation manichéenne de l'adversaire, la réduction de qui parle à son genre ou à son origine sociale - tous ces procédés ne nous rappellent-ils pas, comme en écho assourdi, les grands errements intellectuels d'hier ? Est-il encore possible de se mettre d'accord, entre gens de bonne foi, sur un même état des lieux - comme nous y appelaient les grands dissidents anti-totalitaires ? Ou devons-nous nous résigner, comme le préconise le post-modernisme à ce considérer que tout n'est qu'affaire de « narratives » et que chaque groupe social, sexuel ou ethnique, est censé « construire », dans son coin, la version des faits qui cadre le mieux avec ses intérêts et préjugés particuliers ? Tels sont quelques uns des sujets sur lesquels ce livre nous donne des outils mentaux pour réagir.

Intervenants
  • Philosophe, chercheure associée au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po) et professeure émérite des universités à l'École pratique des hautes études.
  • Philosophe à l'université Paris I
  • Philosophe et traducteur.
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......