LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'opposition, combien de divisions ?

39 min
À retrouver dans l'émission

De Nicolas Sarkozy, on avait pu dire autrefois qu’il était un hyper-président, rapport à sa pratique du pouvoir, à la fois compulsive, autoritaire et personnelle. Rien de tel pour l’instant s’agissant de François Hollande. Même si on peut trouver au nouveau chef de l’Etat une autre forme d’hypertrophie : celle de son hyper-majorité. La France politique n’a plus qu’une seule couleur : le rose.

Olivier Rozenberg, Arnaud Folch et Frédéric Sawicki
Olivier Rozenberg, Arnaud Folch et Frédéric Sawicki Crédits : Mélodie Lucchesi - Radio France

Le parti socialiste réussit en effet l’exploit, inédit pour lui, de s’imposer à tous les échelons. Au pouvoir dans la plupart des grandes villes de France, il détient également une majorité de départements, la quasi-totalité des régions. Mais aussi le Sénat avec ses alliés. Il n’y a guère que le Conseil constitutionnel, dont les membres ont été nommés sous des présidents de droite, qui lui échappe pour l’instant. La droite justement. Quel rôle va-t-elle bien pouvoir jouer durant la nouvelle législature qui s’ouvre mardi prochain ? Dans l’opposition à l’Assemblée après été majoritaire pendant 10 ans, comment pourra-t-elle orienter le débat, quand ses dirigeants semblent davantage préoccupés à préparer leur propre avenir, celui de l’après sarkozysme ? La question se pose également pour la gauche non socialiste. En particulier le Front de gauche.

Pas vraiment dans la majorité, pas vraiment dans l’opposition, mais avec un groupe parlementaire bâti de justesse pour peser…mais peser quoi au juste ?

L'opposition, combien de divisions ? C'est notre sujet du jour.

Et le contrepoint de Raphaëlle Thomas

Emmanuelle Avril
Emmanuelle Avril Crédits : Raphaëlle Thomas - Radio France

Shadow cabinet ou cabinet fantôme... Même s’il trouve son origine outre-manche ce mot barbare ne vous est peut-être pas totalement inconnu. Il y a de ça deux ans, François Bayrou annonçait s’être doté d’un shadow cabinet en vue de la présidentielle… Un gouvernement fictif composé de vrais/faux ministres. Avant lui, François Mitterrand, s’y était essayé en 1966. Alors si le concept est encore flou en France, en Grande-Bretagne, il a valeur d’institution…

Emmanuelle Avril est professeur de civilisation britannique à l’Université de Paris 3…

Écouter
2 min
Emmanuelle Avril MP3
Intervenants
  • professeur en sciences politiques à Sciences Po, auteur de « Les députés français et l'Europe : tristes hémicycles ? », ed. Presses de Sciences Po.
  • rédacteur en chef de Valeurs Actuelles
  • Professeur de science politique à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......