LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Média et justice

40 min
À retrouver dans l'émission

Les journalistes sont-ils mauvais juges ? Que vaut la vérité judiciaire quand elle est combattue par la vérité médiatique ? L'affaire Alègre à Toulouse, l'intrigue du RER B, le fiasco d'Outreau, trois cas de figures dans lesquels Antoine Perraud qui est avec nous autour de cette table voit des cas caractéristiques d'emballements médiatico-judiciaires. Trois fois la quête de vérité a été délocalisée dans l'arène publique, au mépris du respect de l'individu et dans la confusion des rôles et des missions, entre juge, journaliste, et policier. En 1993, Daniel Soulez-Larivière qui est également notre invité mettait déjà en garde contre le cirque médiatico-judiciaire : c'est que depuis 15 ans rien n'a été réglé de ces rapports ambigus entre justice et médias où chacun a l'impression de se servir de l'autre, au nom d'une morale supérieure : en effet, dans la publicité des différences étapes de l'instruction, les uns voient la défense du droit à l'information des citoyens sur le fonctionnement réel de leur justice, les autres la garantie de pouvoir résister à des pressions extérieures trop fortes. Il existe pourtant un texte de référence, l'article 11 du code de la procédure pénale, qui est sensé encadrer ces rapports : il pose le principe du secret de l'instruction, principe qui ne s'impose pas directement au journaliste mais au nom duquel il peut être sous le coup d'une inculpation pour complicité. Toutefois, ces actes sont très peu sanctionnés, en comparaison de la valeur -inestimable, comme on le sait !- d'un « scoop ». Dès lors, toutes les dérives sont possibles. Et d'ailleurs aujourd'hui, on ne sait plus très bien si ce sont bien de nobles principes de transparence qui agitent les journalistes ou une quête de sensationnel répondant aux exigences du marché médiatique. Dans les deux cas, les dégâts individuels provoqués par la publicité des affaires sont difficilement justifiables. Tout à chacun a le droit à la présomption d'innocence : la barbarie journalistique serait-elle à nos portes ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......