LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Mort de Ben Laden: mission accomplie ?

37 min
À retrouver dans l'émission

Est-ce un grand soulagement comme le dit Gordon Brown ? En tout cas c’est un évènement qui ne peut laisser indifférent tant le nom de Ben Laden était devenu unsymbole, même pour ceux qui n’étaient pas partisans de la théorie du choc des civilisations et de la guerre contre le terrorisme. Ben Laden, l'emblème du cauchemar terroriste, une icône négative, l’inspirateur d’une organisation Al Qaida, qui a frappé le 11 septembre 2001, mais aussi avant au Kenya et en Tanzanie, et depuis dix ans en Europe, en Irak bien sûr mais aussi aux Philippines, à Bali, en Mauritanie, en Algérie en Turquie, la liste est trop longue pour énumérer tous les pays concernés… La mort de Ben Laden, tué par un raid américain dans la nuit, fait donc partie de ces évènements dont la portée dépasse l’actualité. Un évènement historique. Mais qu’est-ce qui va réellement changer ?

La fin du terrorisme jihadiste ? Personne n’ose formuler cette hypothèse. Car le propre d’Al Qaida étant d’être une organisation sans structure centralisée ses émanations au Maghreb en Afrique et en Asie peuvent encore agir de façon indépendante. Si on a pu assister à des scènes de liesse aux Etats-Unis, d'autres voix plus sombres se font également entendre : "Un monstre est mort, mais ils ont tué un martyr, ils vont le transformer en martyr", a déclaré la présidente de la principale association de victimes des terribles attentats du 11 mars 2004 en Espagne. "Cela nous fait sourire, mais c'est un sourire amer. Nous n'en avons pas terminé avec le terrorisme. Puissions-nous en avoir fini, mais ce n'est pas le cas"

La guerre contre le terrorisme, qui a perdu sa cible symbolique, va-t-elle se poursuivre ? Pour Hillary Clinton la mort de Ben Laden est "l'occasion de réaffirmer notre résolution et de redoubler d'efforts" dans la lutte contre Al-Qaïda citant en exemple "la coopération étroite" avec le Pakistan. Parole politique, diplomatique… tant le rôle du n’a pas toujours été totalement clair depuis des années.

Et quid de la guerre en Afghanistan ? Le conflit est enlisé depuis si longtemps. La coalition va-t-elle trouver là un motif pour arrêter les frais si ce n’est tout de suite du moins dans quelques mois ? La question est plus que jamais ouverte.

Reste que le vrai changement est à n’en pas douter à voir dans l’élan des révolutions arabes. Un tournant historique. Et il se trouve que la mort de Ben Laden, s’inscrit dans ce « moment » des révolutions pour la liberté et la démocratie. Des aspirations qui obèrent le discours des partisans de la haine dans la monde arabe et les pays musulmans comme en Occident.

Intervenants
  • politologue et historien, professeur à l'Université Américaine de Paris
  • Politologue spécialiste de l'analyse géopolitique et stratégique, et directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique.
  • journaliste, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, fondateur du journal en ligne Orient XXI
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......