LE DIRECT

Nouvelles raisons de croire et nouvelles raisons de ne pas croire ?A l'occasion d'un colloque organisé au Collège de France le 9 avril par l'Union rationaliste sur le thème : Science et Laïcité

40 min
À retrouver dans l'émission

Science et foi sont-elles deux « compartiments du savoir », comme l'écrit Antoine Delzant, « distincts tant par leurs objets que par leurs méthodes » ? La science explique comment fonctionne le ciel et la Bible comment on y va, disait déjà Galilée. Pour préserver cette spécialisation, prévenir les tentatives d'empiètement, il suffirait d'empêcher la théologie de bloquer la liberté de recherche intellectuelle, d'un côté, et de calmer les prétentions de la science à se prononcer sur les questions qui la dépassent, de l'autre. Mais l'étanchéité complète est-elle possible ? « La présence ou l'absence d'une super-intelligence créatrice est sans équivoque une question scientifique », écrit Richard Dawkins, dans « Pour en finir avec Dieu », qui vient de paraître. Quant aux miracles, ou bien ils existent - et les lois de la physique, celles de la biologie, connaissent des suspensions provisoires, - ou bien ils n'existent pas et relèvent de la fable. Pas de moyen terme, il faut choisir. Depuis que les religions font, sur la scène de l'histoire, le grand retour prédit un jour par Malraux, on assiste à une montée au créneau de scientifiques exaspérés. Ils sont rejoints par des essayistes qui entendent, eux, défendre, l'indépendance de la sphère politique des ingérences croissantes des religions. Ainsi, dans le numéro du 27 mars de Témoignage Chrétien, Jérôme Anciberro rend compte des violentes polémiques suscitées, dans les pays de langue anglaise, par les essais de ceux qu'on a baptisés là-bas « les quatre cavaliers ». Il s'agit de deux darwiniens - le zoologiste d'Oxford Richard Dawkins et le philosophe américain Daniel Dennett - épaulés par le pamphlétaire Christopher Hitchens, auteur de « God is Not Great, how religion poisons everything » et de l'essayiste Sam Harris - auteur de « The End of Faith », best-seller aux Etats-Unis. Il est utile de préciser que les deux premiers sont réputés pour être des « darwiniens de tendance dure ». Dawkins est un représentant di courant adaptationniste - il décrit l'évolution comme un processus « orienté », nécessaire, destiné à sélectionner les organismes les mieux adaptés. Et Dennett décrit l'évolution en terme « d'algorithme », sélectionnant infailliblement les gènes les mieux adaptés. Quant aux deux essayistes, Harris et Hitchens, ce dernier surtout, ils visent la théologie politique, et à travers elle les « politiques d'identités », associées au multiculturalisme. Alors que les promesses de la science font peur - manipulations génétiques, clonage humain, etc. - est-il prudent de se tourner à nouveau vers les religions pour leur demander de fixer des limites morales ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......