LE DIRECT

Parole politique : terrain miné ?

38 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir nous parlons des petites phrases, de ces paroles de responsables politiques qui tournent en boucle pendant un moment, sont répétées et commentées à l’infini sur tous les supports médiatiques par les journalistes, les éditorialistes, les politiques eux mêmes.

La «petite phrase» n’est pas une spécificité actuelle. Certaines d’entre elles ont la vie longue comme « La France ne peut accueillir toute la misère du monde » de Michel Rocard en 1990, on note que l’idée est tout de même un peu plus subtile si on y ajoute la suite : « mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part », suite qui a été oublié pendant des années si bien que l’ancien premier ministre a dû faire la précision à de nombreuses reprises.

On accusera facilement les médias mais sont-ils les seuls responsables de cette dérive de la "petite phrase "? Les politiques n’en abusent-ils pas pour faire parler d’eux , prêts à tout pour faire le « buzz » (pour reprendre un terme en vogue sur d’autres antennes). Finalement, à force de buzz, la parole politique se trouve-t-elle démonétisée ?

Ce "buzz" c’est beaucoup sur internet qu’il se fait, internet qui accélère la diffusion de ces coups d’éclats plus ou moins éclatant… et qui permet aussi à tout un chacun de se faire une idée. Par exemple en plus des téléspectateurs qui auront ri, ou non, à l’humour corrézien de Jacques Chirac, dans les deux jours qui ont suivi plus de 200 000 internautes ont visionné la vidéo dans laquelle l’ancien président annonce : «Je voterai Hollande!» Comment ces répétitions impressionnent-elle la mémoire, les idées, plus ou moins construites, que se font les citoyens des femmes et des hommes politique et de la Politique ?

Et comment comprendre que ces phrases soient parfois un peu déformée, j’ai parlé de Michel Rocard. Dernièrement le « il n’y a pas mort d’homme » prononcée par Jacques Lang lors d’une interview au journal télévisé de France 2 avec David Pujadas a beaucoup marqué les esprits et fait débat. On y revient dans quelques secondes, après avoir réentendu un extrait de cet entretien avec nos invités.

Intervenants
  • historien des médias, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles-Saint Quentin, Directeur de l'Institut d'études culturelles (IEC) et du Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC)
  • porte-parole de l'UMP de 2007 à 2011, ancien conseiller auprès du président de la République Nicolas Sarkozy, aujourd’hui membre de l'UDI
  • professeur émérite de sciences politiques à l’Université Paris II – Panthéon Assas
À venir dans ... secondes ...par......