LE DIRECT

Peut-on encore se passer des gaz de schiste ?

39 min
À retrouver dans l'émission

On ne peut pas dire du débat national sur la transition énergétique qu’il a mal commencé : il n’a pas commencé du tout ! Le lancement aurait dû avoir lieu hier mais plusieurs organisations écologistes ayant annoncé leur intention de boycotter les discussions, pour contester à la fois une feuille de route pas assez précise et un comité de pilotage pas assez neutre, le début du débat a été remis à plus tard : au jeudi 29 novembre.

Alain Lipietz et Patrice Geoffron
Alain Lipietz et Patrice Geoffron Crédits : J-C F - Radio France

Quelle sera la place accordée aux gaz de schiste dans ces discussions ? Il y a encore quelques semaines, la réponse aurait été claire et nette : aucune. En 2011, le précédent gouvernement avait fait voter une loi interdisant l’exploration et l’exploitation des dits gaz par fracturation hydraulique, seule technique utilisée aujourd’hui. Le parti socialiste avait même tenté de faire durcir la loi en rejetant tout autre mode d’extraction : avec l’arrivée de François Hollande à l’Elysée et de ministres écologistes au gouvernement, la messe était dite. Sauf que le pays est en crise, la perte du triple A est là pour nous le rappeler.

Le gaz et le pétrole que nous achetons à l’étranger nous coûte cher, et la facture, du fait de la raréfaction de ces ressources, n’est pas prêt de baisser. Alors pourquoi se priver de ces gaz de schiste, de ce trésor sous nos pieds : 5000 milliards de mètres cube selon les estimations les plus répétées, à défaut d’être es plus fiables ?

Au parti socialiste, le discours sur la nécessaire réindustrialisation du pays a de plus en plus de mal à cohabiter avec le rejet pur et simple des gaz de schiste, quitte à renier les engagements du pays en faveur des énergies renouvelables et des émissions de gaz à effet de serre. Mais que valent ces engagements quand, en période de récession et de fort chômage, le sous-sol national regorge de promesses en termes d’emplois : des milliers, et d’économies : des milliards. Il suffirait de regarder ce qui se passe aux Etats-Unis pour s’en convaincre.

« Peut-on encore se passer des gaz de schiste ? »

Et le contrepoint:

Les partisans de l'exploitation du gaz de schiste se réfèrent parfois à l'aventure du gaz de Lacq, ville d'Aquitaine où furent découverts d'importants gisements à la fin des années 1940. Ainsi Michel Rocard, repris plus tard par François Fillon, a-t-il déclaré dans un entretien au Monde: "Quand on sait que le gaz de Lacq était extrait par fracturation hydraulique sans dégâts sur place, on s'interroge. Or, la France est bénie des Dieux. Pour l'Europe, elle serait au gaz de schiste ce que le Qatar est au pétrole. Peut-on s'en priver? Je ne le crois pas ".Cette affirmation mérite quelques rectifications, comme Le Monde l'a d'ailleurs souligné quelques jours plus tard. D'abord, le gaz de Lacq n'était pas fracturé pour son exploitation (il l'était déjà naturellement), mais acidifié. Par ailleurs, si Lacq a fourni jusqu'à 33 millions de m3 de gaz brut par jour dans les années 70, le gisement touche à sa fin et sera complètement à sec dès l'an prochain.Archive INA du 2 décembre 1957, année de l'inauguration du gisement de Lacq, Gaston Cohen pour l'émission "Heure de culture française".

Écouter
1 min
Gaz de Lacq

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Intervenants
  • Professeur d’économie et directeur du Centre de géopolitique de l'énergie et des matières premières de l'Université Paris-Dauphine.
  • économiste, ancien député Vert européen
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......