LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Peut-on intéresser (financièrement) les élèves ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Il y eu beaucoup d'indignation depuis le début de la semaine sur le système de lutte contre l'absentéisme par l'incitation financière, expérimenté dans trois lycées professionnels de l'académie de Créteil. L'idée d'introduire de l'argent dans ce sanctuaire qu'est l'école a immédiatement fait crier au scandale, quand bien même l'historien Claude Lelièvre nous rappelait que la sacro-sainte 3ème République n'avait pas d'objection radicale à ce sujet puisque dès ses débuts elle a implanté des « caisses d'épargne scolaire » ; il est vrai, l'objectif était d'abord d'inculquer à nos chères têtes blondes le sens de la propriété pour contrer les séductions du « socialisme collectiviste ». Changement d'époque, on serait tenté de lire aujourd'hui un scénario inverse d'adaptation de l'institution scolaire aux charmes qu'exercent sur nos ados le bizness et l'argent-roi. Mais prenons le temps d'examiner les faits : il ne s'agit pas ,dans les trois lycées en question, d'incitations individuelles, mais collectives ; c'est la classe dans son ensemble qui est dotée d'une cagnotte initiale pouvant lui permettre d'élaborer un projet, aussi bien un voyage scolaire, une création d'association, qu'une action sociale ou un aménagement de classe... (la palette est assez ouverte). La cagnotte prospère donc jusqu'à un maximum de 10 000 euros si le contrat d'assiduité, élaboré avec les élèves eux-mêmes en début d'année, est respecté. Il ne s'agit ni plus ni moins d'une tentative de gouverner les conduites par des intéressements financiers. Peut-elle être efficace ? Les jeunes sont-ils des homo economicus classiques ? Et s'ils le sont, comment éviter que les enchères ne montent : qu'est-ce que les empêchera d'augmenter leurs exigences d'année en année ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......