LE DIRECT

PMA : jusqu'où peut-on dérégler l'horloge biologique des femmes ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Émission présentée par Mélanie Chalandon

La Bible ne dit pas quel âge avait la Vierge Marie quand elle mit au monde son fils il y a quelque 2015 ans. Certainement moins de 30 ans, âge à partir duquel la fertilité d'une femme baisse - pour ne pas dire chute - fortement. 2 millénaires plus tard cette réalité biologique n'a pas changé : à moins de bénéficier d'un petit miracle, il est fortement conseillé de penser à faire des enfants avant 30 ans. Sauf qu’avant cet âge les jeunes femmes ont beaucoup de raison de ne pas y songer : un métier chronophage ou trop précaire, pas de futur père sous la main ou tout simplement pas encore envie de devenir mère. L’horloge biologique des femmes ne s’écoule plus au rythme de celui du reste de la société. Alors qui doit s’adapter à qui ?

Céline Hoyeau, Laurence Brunet, Michel Tournaire et Hélène Périvier
Céline Hoyeau, Laurence Brunet, Michel Tournaire et Hélène Périvier Crédits : Radio France

En octobre dernier les firmes américaines Apple et Facebook annonçaient qu’elles allaient financer à leurs jeunes salariées la congélation de leurs ovocytes. Cette technique éprouvée depuis une 20aine d'année, consiste à prélever quelques cellules reproductrices d'une femme jeune qui sont ensuite congelées et stockée afin d'être réutilisées plus tard par cette même femme via une fécondation in vitro. Bref, d'avoir à 40 ans des enfants avec la même chance - ou presque - qu'une femme de 25. Voilà que la grossesse différée devient le dernier outil au service des droits et de l'émancipation des femmes. A moins que ça ne soit au bénéfice des DRH avant tout ? Sans compter les nombreuses questions que cette technique pose en matière d’éthique.

En France la congélation des ovocytes n’est permise que pour des raisons de santé. Mais puisque les entreprises mettent le débat sur la table, n’est-il pas temps que les citoyens, voire le législateur s’en saisissent à nouveau ?

« Procréation médicalement assistée : jusqu'où peut-on déregler l'horloge biologique des femmes ? »

C'est notre sujet du jour.

Émission en partenariat avec le journal La Croix:

Suivez-nous aussi sur

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Intervenants
  • Gynécologue-obstétricien, ancien président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).
  • Juriste, spécialiste en droit de la famille, chercheuse à l'Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Journaliste au journal La Croix.
  • économiste à l’OFCE Sciences Po, directrice du programme PRESAGE Programme de Recherche et d’Enseignement des Savoirs sur le Genre
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......