LE DIRECT

Politique de la ville : faut-il choisir entre la France pavillonnaire et celle des banlieues ?

38 min
À retrouver dans l'émission

S’il devait y avoir un championnat de France de la note de bas de page, c’est assurément Christophe Guilluy qui, dans la catégorie « Essais », remporterait le titre : ses « Fractures françaises », publiées en 2010, sont systématiquement référencées dans le moindre ouvrage d’analyse de la société.

Il faut dire que sa lecture de la géographie sociale du pays tombe à pic : les banlieues ne sont plus l’épicentre de la France des classes populaires, c’est vers le monde pavillonnaire, vers le périurbain, qu’il faut regarder désormais.

Depuis, il n’est pas un parti politique qui ne se réclame de cette nouvelle grille de lecture. Et c’est peut-être ainsi qu’il faut comprendre le projet de réforme de la politique de la ville qui sera discuté à partir de demain à l’Assemblée nationale. Le texte prévoit en effet une remise à plat de ce que l’on appelle la "géographie prioritaire" : à savoir les politiques d’aide aux quartiers les plus en difficulté. Pour le ministre de la Ville, François Lamy, la multiplication des zonages (ZUS, Cucs, ZFU, ZRU) est devenue illisible et obsolète.

Eric Charmes, Hacène Belmessous et Alain Mergier
Eric Charmes, Hacène Belmessous et Alain Mergier Crédits : JCF - Radio France

Le gouvernement a donc décidé de ne retenir qu’un seul critère désormais pour orienter les aides publiques : le revenu des habitants. Résultat : un certain nombre de zones, notamment des petites villes de départements ruraux comme Guéret ou Auch, devraient faire leur entrée parmi les bénéficiaires des dispositifs de la politique de la ville.

Une approche sociale donc, plutôt que sociétale, afin que cette politique s’applique « à tous les territoires urbains et pas seulement aux banlieues des grandes agglomérations » pour reprendre les mots du ministre.

Problème : en période de restrictions budgétaires, il n’y a pas de la place pour tout le monde.

Le nombre de quartiers ciblés devrait ainsi passer progressivement de 2400 à 1300 : au risque de favoriser les rancoeurs de ceux qui n'y seront pas, ou n’y seront plus ?

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......