LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Quelle diversité à l'Assemblée Nationale ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Toute bleue, mais sans couleurs ? Notre assemblée nationale au défi de la diversité ? On a déjà beaucoup glosé, depuis ce matin, sur la vague bleue dont les résultats du second tour des législatives, la semaine prochaine, sont gros de promesses. Jean Lebrun et son équipe reviendront tout à l'heure dans leurs Travaux Publics sur le rôle de l'Assemblée : « Un parlement, à quoi bon ? » ce sera la question qu'ils poseront à de futurs anciens députés, entendez des députés qui n'ont pas cherché de nouveau mandat. Nous, une autre interrogation nous occupe : y a-t-il, y aura-t-il dans une semaine, représentativité de notre représentation ? Dans un récent rapport, le Conseil économique et social affirmait que « la loi sur la parité est restée sans effet ». En France, seul un parlementaire sur sept est une femme (rappelons qu'il s'agit d'un sur trois en Allemagne et en Espagne). Ne parlons pas des minorités dites « visibles » ou « éthniques » : le constat est simplement accablant. Sans évoquer le fossé générationnel... De toute façon, c'est simple, le portrait robot de l'homo parlementarus, tel qu'il est dressé par les sociologues Eric Kerrouche er Olivier Costa, est un homme de 57 ans, blanc, surdiplômé et issu d'un milieu favorisé. On comprend dans ces conditions pourquoi la proximité est devenue la tarte à la crème du discours politique. D'ailleurs le sentiment que le fossé se creuse est bien légitime : sur les bancs de l'Assemblée Nationale, les moins de 40 ans sont moins nombreux aujourd'hui qu'hier. Il en va de même pour les ouvriers. Et pourtant, sur nos communiqués, on les voit, les candidats du renouvellement : un nombre impressionnant de beurettes qui ont l'avantage de faire d'une pierre deux coups : femme et maghrébine... Bien sûr, elles n'ont quasiment aucune chance d'être élues : éphémères Marianne qui doivent se contenter de s'afficher. Juste quelques points de comparaison, pour mesurer à quel point la France a du mal à se défaire de ses vieilles hiérarchies : aux Pays-Bas, sur 150 députés, 12 sont allochtones (au moins un parent étranger à l'UE) et même en Italie, pays dont on dit souvent qu'il n'a pas de culture de l'immigration, quatre députés ont des parents nés hors des frontières de l'Union Européenne. Chez nous, au soir du premier tour, les circonscriptions gagnables par les candidats de la diversité, se comptent sur les doigts d'une seule main. Racistes et misogynes, avons-nous tous les défauts ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......