LE DIRECT

Qu'est ce qu'une juste rémunération ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Il y a des matins où, en lisant la presse économique, on a le sentiment que les grands patrons ne croient plus vraiment à la survie du système capitaliste. Sinon, pourquoi feraient-ils leur la vieille maxime des gangsters : « take the money and run ? Et l'on en vient à soupçonner que s'ils se servent tant qu'il est temps - comme fait le nihiliste - c'est peut-être qu'ils savent, eux, que le pire reste à venir... A un moment où, répète-t-on, ce qui manque le plus, c'est la confiance, une telle absence du sens des responsabilités est inouïe. L'opinion cherche à la fois des boucs émissaires à ses malheurs et des responsables compétents et intègres pour nous guider jusqu'à l'autre rive ; on ne pouvait imaginer pire que des dirigeants de banques maintenues à bout de bras par l'argent public, se votant des stock options. C'est ce qu'a fort bien tourné Alain Minc dans sa fameuse « lettre ouverte à ses amis de la classe dirigeante ». Cela dit, l'une des questions que la crise a fait éclater, c'est celle que pose le creusement des inégalités de revenus au cours des décennies récentes. Qu'est-ce qui peut bien justifier que les dirigeants des sociétés françaises du CAC 40 gagnent en moyenne 310 fois le SMIC ? Plus largement, qu'est-ce qui justifie qu'un footballeur comme David Beckham gagne 32 400 000 d'euros, Lionel Messi, 28 600 000. Leur talent vaut-il vraiment mille fois plus que celui d'un honnête joueur d'un club de 2° vision ? Comment, dans tous les domaines, de faibles écarts de performance individuelle se sont mis à engendrer des écarts de revenus aussi extravagants ? L'utilité sociale d'un patron moyen du CAC 40 est-elle cent fois plus précieuse que celle d'un patron moyen de PME ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......