LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Qui dirige la Libye aujourd'hui ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Compte tenu de l'actualité, nous modifions légèrement le programme de l'émission : jusqu'à 18h30, Dominique Moïsi, conseiller spécial de l'IFRI et auteur de La géopolitique de l'émotion chez Flammarion, commentera l'émotion internationale suscitée par le drame de Toulouse.

Patrick Haimzadeh
Patrick Haimzadeh Crédits : Radio France

Hier, c’était le premier anniversaire du début de l’intervention militaire de l’OTAN. Laquelle se sera soldée par un succès si l’on considère que son principal objectif, la chute du colonel Kadhafi, a été rempli. En juin prochain, les Libyens seront appelés à élire une assemblée constituante.

Mais difficile aujourd’hui d’imaginer qu’un tel scrutin puisse se dérouler dans de bonnes conditions, tant les tensions sont importantes dans le pays. Le Conseil national de transition, chargé de gérer les affaires courantes, semble de plus en plus débordé par les milices, véritables détentrices du pouvoir sur le terrain. La Cyrénaïque, vaste région riche en pétrole de l’Est libyen, déclarait au début du mois son autonomie.

Alors qui dirige aujourd’hui la Libye ?

Et le contrepoint de Julie Gacon.

nadim
nadim Crédits : Radio France

Cinq mois après la chute de Mouammar Kadhafi, les Libyens ont à reconstruire un certain imaginaire... Un imaginaire culturel incarné en leur temps par des artistes qui ont ensuite choisi de vivre en exil pour fuir le règne d'un homme qui a, un jour, publiquement brûlé des instruments de musique. Aujourd'hui, la plupart de ces artistes installés à Londres ou New York, s'interrogent encore sur l'éventualité de rentrer dans leur pays natal. Nidam Abdi, journaliste et cofondateur de moteurs de recherche culturels (Emusicpro et Eguides), souhaiterait que la France mette autant de coeur à relancer et protéger la culture libyenne qu'elle ne le fait pour ses hydrocarbures.

Écouter
9 min
Contrepoint 20.03

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="ina.fr" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.jpg" width="318" height="148"/>
ina.fr Crédits : Radio France
Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

Intervenants
  • Ancien diplomate français à Tripoli , auteur de "Au coeur de la Libye de Kadhafi ", contributeur régulier du Monde diplomatique et du site Orient XXI
  • conseiller spécial de l’Institut Montaigne, professeur au King’s College de Londres
  • membre du Conseil National de Transition en Libye
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......