LE DIRECT

A quoi servent les islamistes en Tunisie ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Les Tunisiens ont à nouveau le droit de manifester au cœur de Tunis, sur l’avenue Bourguiba. Le ministre de l’Intérieur a dû se résigner hier à lever l’interdiction mise en place le 28 mars, depuis qu’une manifestation d’islamistes avait dégénéré. Il faut dire que le symbole était encombrant pour le gouvernement tunisien : priver la population d’un des lieux emblématiques de la révolution de l’an dernier, il y a mieux quand on ambitionne d’incarner un régime démocratique, fut-il encore jeune.

Meeting Ennahda - urne affichant le logo du parti islamiste 18/10
Meeting Ennahda - urne affichant le logo du parti islamiste 18/10 Crédits : Sébastien Laugénie - Radio France

Ce retour à la normale sur l’avenue Bourguiba aura surtout été précédé, avant-hier, d’une brutale répression policière, contre des militants des droits de l’homme , lesquels avaient bravé l’interdiction. Violences d’une ampleur inédite depuis la révolution. Provoquant la colère de la foule : « les gens en ont marre des nouveaux Trabelsi », les nouveaux Trabelsi étant incarnés par ceux qui dirigent le pays aujourd’hui : les islamistes du parti Ennahda. Un parti arrivé en tête des élections législatives d’octobre dernier, et dont on a du mal aujourd’hui à suivre clairement la ligne. Autoritaire d’un côté. Conciliant de l’autre : fin mars, Ennahda annonçait que la charia ne serait pas inscrite dans la Constitution. Une façon de rassurer ceux qui s’inquiètent d’une éventuelle dérive de la jeune démocratie tunisienne. Façon aussi d’écarter un autre péril vert, celui que représenteraient aujourd’hui les salafistes dans le pays.

Bien entendu, la réalité est plus complexe. Qui sont les islamistes qui dirigent la Tunisie aujourd’hui ?

Qui sont ceux qui ambitionnent de prendre le pouvoir demain ?

A quoi, et à qui, servent-ils ?

C’est notre du sujet du jour :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="ina.fr" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.jpg" width="318" height="148"/>
ina.fr Crédits : Radio France
Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

Intervenants
  • Maître de conférences en management et organisation à l'Université Paris Dauphine, vice-présidente du Cercle des Economistes Arabes.
  • écrivain, reporter pour le Monde Diplomatique
  • historienne, spécialiste de l'Afrique subsaharienne et du Maghreb, ainsi que de la condition des femmes dans le monde arabe
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......