LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Rediffusion de l'émission du 29 février 2008: Sport : Est-ce la fin des records du monde ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Il n'y a rien à faire, on n'a pas envie d'y croire. Et pourtant l'équipe de chercheurs de l'Institut de Recherche Médicale et d'Epidémiologie du Sport est formelle : d'ici à 2027, la moitié des records du monde ne seront plus améliorables et d'ici à 2060, les sportifs, toute catégorie confondue, auront atteint les limites physiologiques. Pire : la performance de Laure Manaudou sur 400 m nage libre ne devrait pas être grandement améliorée, car ses 4'02 flirtent déjà avec la limite « ultime » définie par les scientifiques : 4'01. Quelle tristesse, cette idée de finitude qui vient heurter de plein fouet notre conviction intime : oui, qu'au fond, les possibilités de l'homme sont insondables, et que le sport de haut niveau en est le lieu même d'accomplissement. Heureusement, on peut compter sur le monde du sport pour ne pas se laisser impressionner par des résultats de laboratoire. On veut bien concéder que la marge d'amélioration se réduit à chaque nouveau record, certes, mais au centre du terrain, il reste toujours l'homme - l'homme, ce miracle. Les entraîneurs possèdent cette petite dose de lyrisme qui remet du baume au coeur. Ainsi Maurice Houvion : « les limites, ce sont des prisons. De temps en temps, il y a un pionnier qui n'accepte pas ces murs, qui les secoue et qui fait reculer les murs des prisons des autres » : joli portrait de l'athlète en combattant de la liberté. C'est que le sport, décidément, nous ramène toujours à l'épopée humaine. Pas question de parler de limites et de gâcher le rêve. A chaque nouvel exploit, on se récrie « jusqu'où ira-t-on ? » mais la question ne veut pas de réponse. L'athlétisme, en particulier, s'est toujours écrit dans l'illusion de seuils fragiles comme le premier coureur à moins de 4 minutes au mile, le premier perchiste à 6m, le premier sprinter sous les 10 secondes au 100m, etc. N'empêche que l'étude menée par l'équipe de Jean-François Toussaint oblige à s'imaginer un sport figé, le mur ultime, et la fin des illusions. A moins évidemment que des formes de plus en plus sophistiquées de dopage ne viennent au secours des athlètes. Quand bien même l' homo sapiens sapiens aurait déjà battu le record de l'espèce, comme son nom l'indique il est suffisamment rusé pour trouver des moyens de s'aider à pulvériser ses limites naturelles.

Intervenants
  • professeur de physiologie à l’Hôtel-Dieu (AP-HP, université Paris-Descartes), directeur de l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (Irmes) à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep)
  • philosophe, professeure à l’INSHEA et ancienne sportive de haut-niveau
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......