LE DIRECT

Sur qui Syriza peut-elle compter en Europe ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Au surlendemain de la victoire de Syriza, un détour s’impose par le dictionnaire pour une petite vérification. ‘’Pragmatisme’’…oui, c’est confirmé : le mot vient bien du grec ‘’pragmatikos’’, « qui concerne l’action » d'après le Larousse. Le pragmatisme est donc grec, et Alexis Tsipras son plus digne représentant. Car pour s’assurer une majorité absolue au Parlement, le nouveau Premier ministre, leader de la gauche dite "radicale’’, n’a pas hésité à former une coalition avec des souverainistes de droite, les "Grecs indépendants". Un peu comme si Jean-Luc Mélenchon faisait cause commune avec Nicolas Dupont-Aignan.

Voilà au moins le nouveau gouvernement grec assuré, pour un temps, d’un minimum de stabilité - et donc de visibilité - pour mener son programme, qui consiste essentiellement à faire sortir le pays de l’austérité. Hausse du salaire minimum, suppression de la taxe foncière pour les petits propriétaires, aide alimentaire pour les familles pauvres…et renégociation de la dette. C’est là le principal défi qui attend la nouvelle équipe au pouvoir, laquelle sera vite jugée sur sa capacité à infléchir la politique européenne. A Bruxelles, les ministres des Finances se disent prêts à discuter, mais pas à tout accepter. Idem du côté de la Banque centrale européenne.

Alexis Tsipras saura-t-il se montrer aussi habile sur la scène européenne que sur celle de la politique intérieure grecque ?

DGAM 27.01.15
DGAM 27.01.15 Crédits : Radio France

Suivez-nous aussi sur

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Le bonus de Mélanie Chalandon :

On aurait pu s'attendre, avec l'arrivée de Syriza au pouvoir, à une panique sur les bourses. Or cela n'a pas été le cas. Notamment parce que la dette grecque n'inquiète plus les marchés financiers. Explications avec Philippe Tibi , ancien président de l'Amafi (Association française des Marchés Financiers), professeur de finance à Polytechnique et à Sciences-Po et fondateur de Pergamon Campus.

Écouter
44 sec
Philippe Tibi
Intervenants
  • Chercheur en science politique, membre de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation jean Jaurès
  • président du Mouvement Européen – France.
  • rédactrice en chef de Contexte, le journal des politiques françaises et européennes
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......