LE DIRECT

Va-t-on vers une cogestion à la française ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Les jours se suivent et se ressemblent un peu.

Nous évoquions hier les figures de Jaurès et Clemenceau, les reproches adressés par le premier au second pour sa gestion, parfois musclée, des mouvements de grève d’ouvriers.

Et voilà que l’actualité réactive ce débat, avec des personnages –il est vrai- d’un tout autre calibre.

Ainsi le député UMP Eric Ciotti, qui s’exprimait à la mi-journée sur le sort de deux dirigeants de l’usine Goodyear d’Amiens-nord, retenus par des salariés, à l’initiative de la CGT, pour obtenir de meilleures indemnités de départ.

Situation inacceptable pour celui qui est également président du conseil général des Alpes Maritimes, et qui demandait à l’Etat de « faire en sorte que très vite, dès cet après-midi, le recours à la force publique soit utilisé pour libérer ces deux dirigeants »

Finalement, la maréchaussée n’aura pas eu à intervenir : les deux cadres ont été libérés en milieu d’après-midi.

Que faut-il conclure de cette affaire ?

Que le dialogue social en France se porte mal ?

S. Béroud, G. Duval, M. Offerlé et L. de Comarmond
S. Béroud, G. Duval, M. Offerlé et L. de Comarmond Crédits : JCF - Radio France

C’est la conclusion à laquelle est justement arrivée l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Pourtant, si les faits du jour semblent lui donner raison, si la révolte bretonne en est une autre preuve, il y a surtout des contre exemples depuis un an : deux accords importants conclus entre les partenaires sociaux, sur la sécurisation de l’emploi et la formation professionnelle, l’un déjà validé par la loi, l’autre en passe de l’être.

Les syndicats, forts d’une légitimité renforcée (puisqu’issue des urnes), ont même décidé de franchir un pas supplémentaire en se regroupant pour faire des propositions de réforme.

Le patronat, en phase de réorganisation, est appelé à faire preuve de responsabilité par le chef de l’Etat, qui fait donc des entreprises des partenaires privilégiés de sa politique.

Un ménage à trois : syndicats, patronat, gouvernement, est-il en train de se mettre en place ?

« Va-t-on vers une cogestion à la française ? »

C’est notre sujet du jour.

suivez nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Intervenants
  • Politiste, professeur émérite de science politique à l'ENS, spécialiste de la sociologie historique et de la sociologie politique. Membre de l'équipe Enquêtes Terrains Théories du Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS)
  • Éditorialiste à "Alternatives économiques" et conseiller au Conseil économique, social et environnemental (CESE)
  • Journaliste sociale pour le quotidien « Les Echos ».
  • Maître de conférences de science politique à l’université Lumière Lyon-2
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......