LE DIRECT
Marche contre le racisme, Paris, 30 novembre 2013

Y a-t-il une "colère noire" française ?

39 min
À retrouver dans l'émission

C’est le phénomène littéraire de ce début 2016 : « Une colère noire », de l’américain Ta-Nehsi Coates, charge virulente contre les discriminations aux Etats-Unis. Mais pourquoi ce livre intéresse-t-il autant la France ?

Marche contre le racisme, Paris, 30 novembre 2013
Marche contre le racisme, Paris, 30 novembre 2013 Crédits : Gonzalo Fuentes - Reuters

Il y a quelques semaines encore, vous n’aviez sans doute jamais entendu parler de Ta-Nehisi Coates : un journaliste afro-américain, la quarantaine, né à Baltimore sur la côte Est des Etats-Unis, chroniqueur pour The Atlantic. Aujourd’hui, difficile d’ignorer son nom. L’été dernier, il publiait « Between the world and me », une dénonciation cinglante de la société américaine, construite sur l’exploitation et la discrimination des Noirs. Un ouvrage puissant comme un uppercut, presque aussitôt traduit en France sous le titre « Une colère noire », et publié par les éditions Autrement.

Depuis, Ta-Nehisi Coates et son livre trustent les médias français : télé, radio (il est venu deux fois à France Culture), presse écrite : on s’arrache cet auteur qui sait si bien porter la plume dans les plaies de l’Amérique. Le plan marketing a fonctionné à merveille : c’est le livre de chevet d’Obama, c’est le digne descendant de James Baldwin (et c’est Toni Morrison qui le dit).

Mais ces arguments de vente ne suffisent pas à expliquer cet engouement. Il y a d’abord d’indéniable qualité littéraire du texte ; le fait qu’on n’aime rien tant en France que les Américains lorsqu’ils disent du mal de leur pays. Mais il y a sans doute autre chose : si un livre sur la condition des Noirs aux Etats-Unis rencontre un tel écho en France, n’est-ce pas parce qu’il touche aussi à quelque chose de Français, que nous préférons traiter par procuration plutôt que de manière frontale ?

« Y a-t-il une ‘’colère noire’’ française ? »

Louis-Georges Tin, Ayann Koudou et Bakary Sakho
Louis-Georges Tin, Ayann Koudou et Bakary Sakho Crédits : FR - Radio France

Si les Noirs parlaient comme les Blancs..., le hashtag qui retourne les clichés (Libération)

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Liens

  • Ta-Nehisi Coates La cause noire à bras-le-corps (Libération)
  • Les Oscars sont trop blancs? Les César aussi. Ils sont le simple reflet du cinéma français (L'Obs)
  • Les Noirs de France déçus par Hollande (Le Parisien)
  • La "Françafrique" est "un mythe", selon le Premier ministre béninois (Le Point)
Intervenants
  • journaliste indépendante, première promotion de la formation Reporter Citoyen
  • président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), fondateur de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie
  • animateur social et militant associatif
  • Scénariste, réalisatrice, documentariste
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......