LE DIRECT
Portrait de Charles Baudelaire réalisé par Gustave Courbet (1848) ; Musée Fabre, Montpellier, France

Baudelaire, l'allégorie qui en dit long

28 min
À retrouver dans l'émission

Chaque jour, nous vous donnons à entendre et à comprendre un grand texte de notre patrimoine littéraire. Aujourd’hui : "Les Fleurs du Mal" de Baudelaire, un extrait lu par Elsa Lepoivre.

Portrait de Charles Baudelaire réalisé par Gustave Courbet (1848) ; Musée Fabre, Montpellier, France
Portrait de Charles Baudelaire réalisé par Gustave Courbet (1848) ; Musée Fabre, Montpellier, France Crédits : Imagno / Contributeur - Getty

Baudelaire semble condamné au spleen, cette humeur noire devenue l’état d’âme du poète des Fleurs du Mal : ce recueil paru depuis l’été 1857, il en attendait une véritable reconnaissance, qui n’est pas venue. Poète maudit plutôt que poète affranchi, dont la famille aurait souhaité qu’il suive une carrière de militaire ou de diplomate, il finira privé de tous ses biens, jugé irresponsable.

Paradoxalement fécond, ce spleen que Baudelaire décrit comme une entrave s’anime d’une vie propre dans le recueil, et ce dès le titre de sa première section, "Spleen et Idéal". 

Aujourd’hui, l'allégorie est la notion centrale du recueil qui a présidé au choix des extraits lus. Dans la précédente émission consacrée aux Fleurs du Mal, vous avez entendu des "Tableaux parisiens", dont Paris est le décor allégorique, et cette phrase dans le poème "Le  Cygne" : "Tout pour moi devient allégorie". Les interprétations sont  nombreuses autour de l’attachement du poète pour cette figure.... En nous appuyant sur son étymologie grecque, disons que l’allégorie est une façon de "dire autre chose" 

Cette figure du discours rend emblématique tout un petit théâtre de l'intime chez Baudelaire sous des figures grotesques et macabres, en piochant dans les  représentations du Moyen-âge ou en inventant des formes nouvelles, plus actuelles...  A l'échelle même du recueil, les allégories tracent un itinéraire, de "Spleen et Idéal" à la  dernière section, "La Mort", en passant par "Le Vin", "Fleurs du Mal" et "Révolte", les "Tableaux parisiens" ajoutés à l’édition de 1861 donnant une portée nouvelle à cette  trajectoire allégorique.

On ouvre cet extrait lu par la comédienne de la Comédie-Française Elsa Lepoivre avec l’adresse liminaire "Au lecteur"

Pour aller plus loin

  • "Ecoutez, Révisez!" proposait l'émission "Baudelaire, une esthétique de la ville":
  • L'émission "Les Chemins de la philosophie" proposait l'épisode "Baudelaire, anywhere out of the world" dans la série "Du Nouveau!":

"Ecoutez, révisez" : une émission pour préparer l'oral du bac de français

Ecoutez, révisez... Allongé ou débout, dans votre cuisine ou votre chambre à coucher,   confinés, lisez ou relisez vos classiques et, pour les moins de 18 ans, préparez vous aux épreuves du bac en vous plongeant dans les plus  belles pages de la littérature française.          

Ecoutez dans la voix de grands comédiens La princesse de Clèves de Madame de Lafayette, Les Voyages de Jules Verne, Les Fleurs du mal de Baudelaire, Victor Hugo et ses Contemplations, les Fables de La Fontaine ou encore L'Ecole des femmes de Molière... Et révisez ces œuvres commentées avec le précieux concours des professeurs de l’Education nationale.          

Ecoutez, Révisez ! est une nouvelle émission qui s’inscrit dans le cadre de l’opération "Nation apprenante" initiée par le ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse  avec les médias de l'audiovisuel et de la presse écrite.         

Retrouvez la programmation à venir ici et tous les épisodes déjà diffusés là. 

Générique : Balanescu Quartet, "Model", Possessed 

Bibliographie

Les Fleurs du malCharles BaudelaireGallimard, collection Folio Classique, 2015

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......