LE DIRECT
La Dictée géante

La Dictée géante : "L'Etranger" d'Albert Camus

29 min
À retrouver dans l'émission

Dans le cadre du week-end Estival Albert Camus, France Culture et Rachid Santaki s’associent pour créer la première Dictée Géante diffusée simultanément à la radio et sur les réseaux sociaux de la chaîne. Un événement ludique et interactif ouvert à tous dès 15h30 le dimanche 28 juin.

La Dictée géante
La Dictée géante

Parviendrez-vous à réaliser un sans faute ? Tout le monde est invité à prendre son stylo, seul ou accompagné, devant son écran ou à l’écoute de la radio pour participer à cette expérience collective mêlant compétition, plaisir de la langue française ou mélancolie de l’enfance.

Dans le cadre du week-end Estival Albert Camus, France Culture et Rachid Santaki s’associent pour créer la première Dictée Géante diffusée simultanément à la radio et sur les réseaux sociaux de la chaîne. Un événement ludique et interactif ouvert à tous.

Cette opération s’inscrit dans le cadre du week-end exceptionnel Estival Albert Camus, festival radiophonique co-produit par Rencontres Méditerranéennes Albert Camus et France Culture - en partenariat avec le Théâtre de la Ville, qui mêlera des soirées de fiction et des lectures enregistrées en direct et en public du Théâtre de la Ville - Espace Cardin.

Avec plus de 350 dictées à son actif, Rachid Santaki, auteur de La légende du 9-3 (Ed. Ombres Noires) et initiateur de La Dictée Géante, lira un extrait de L’étranger d’Albert Camus en direct, diffusée à la radio et sur les réseaux sociaux de France Culture.

A regarder en live vidéo sur Facebook et sur Youtube dès 15h30 ce dimanche

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Correction de la dictée

C'est alors que tout a vacillé. La mer a charrié un souffle épais et ardent. Il m'a semblé que le ciel s'ouvrait sur toute son étendue pour laisser pleuvoir du feu. Tout mon être s'est tendu et j'ai crispé ma main sur le revolver. (Écoliers) La gâchette a cédé, j'ai touché le ventre poli de la crosse et c'est là, dans le bruit à la fois sec et assourdissant que tout a commencé. J'ai secoué la sueur et le soleil. J'ai compris que j'avais détruit l'équilibre du jour, le silence exceptionnel d'une plage où j'avais été heureux. Alors j'ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s'enfonçaient sans qu'il y parût. Et c'était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur.  

L’Etranger, Albert Camus

Explications

- a vacillé. Du verbe vaciller : être animé de mouvements répétés, alternatifs ; être en équilibre instable. Verbe du premier groupe, à la troisième personne du singulier au passé composé de l’indicatif.

- a charrié. Du verbe charrier : entraîner, emporter dans son cours.
Verbe du premier groupe, à la troisième personne du singulier au passé composé de l’indicatif.

- ardent : adjectif. (latin ardens, -entis, brûlant). Littéraire. Qui est très chaud, qui brûle : Soleil ardent.

- tout (a vacillé) : “Tout” est un adjectif indéfini masculin singulier qui se décline en “tous” au masculin pluriel et en “toute” et “toutes”, respectivement, au féminin singulier et pluriel. Un adjectif indéfini s’accorde en genre (masculin/féminin) et en nombre (singulier/pluriel) avec le nom qu’il détermine. Suivant cette simple règle, “tout” s’accorde normalement avec le genre et le nombre des noms qu’il précède.

- étendue : nom féminin. Propriété des corps d'être situés dans l'espace et d'en occuper une partie

- j’ai crispé. Du verbe crisper : qui est contracté.
Verbe du 1er groupe, troisième personne du singulier au passé composé de l’indicatif.

- gâchette : nom féminin. Pièce d'acier immobilisant la masse percutante et dont l'effacement, commandé par la détente, permet le départ du coup d'une arme à feu.

- crosse : nom féminin, partie postérieure d'une arme à feu que l'on tient ou que l'on épaule

- exceptionnel : adjectif. Qui constitue une exception. On l’accorde avec silence.

- corps : nom masculin. Partie matérielle des êtres animés.

- quatre : adjectif numéral invariable (bas latin quattor, du latin classique quatuor).

- parût : verbe paraître : devenir visible.
Verbe du troisième groupe, troisième personne du singulier à l’imparfait du subjonctif.

- brefs : adjectif. De peu de durée. 

- frappais : verbe frapper : toucher plus ou moins rudement en portant un ou plusieurs coups.
verbe du premier groupe, première personne du singulier à l’imparfait de l’indicatif.

- a ou à : Vous pouvez remplacer « a » par « avait » ? C’est alors une forme du verbe « avoir », et on ne met pas d’accent :  Il m'a semblé. = Il m’avait semblé. Si vous ne pouvez pas le remplacer par « avait », c’est qu’il s’agit de la préposition « à », laquelle prend toujours un accent grave.

- c'est et s'est. Quand on écrit "s'est" devant un verbe, on conjugue un verbe pronominal à un temps composé. On peut alors remplacer s' par me, te ou m', t'. Exemple : Je me suis tendu, tu t'es tendu, tout mon être s’est tendu.

- la ou là : Vous pouvez remplacer ce mot par « les » ? C’est alors « la », qu’il s’agisse de l’article ou du pronom personnel. Exemple : « La feuille, il la tient. Les feuilles, il les tient ». s'écrit avec un accent quand il s'agit de l'adverbe : il a une valeur de lieu ou de temps. On peut le remplacer par 'ici' :

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......