LE DIRECT
Portrait de Madame de La Fayette

"La Princesse de Clèves" de Madame de La Fayette / La dictée : "L'Œuvre au noir" de Marguerite Yourcenar

59 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd'hui, "En français dans le texte" analyse un extrait de "La Princesse de Clèves" de Madame de La Fayette. Puis, Rachid Santaki a choisi "L'Œuvre au noir" de Marguerite Yourcenar pour sa dictée avec Salif Cissé et Édouard Sulpice, comédiens à l'affiche d'"À l'abordage" de Guillaume Brac.

Portrait de Madame de La Fayette
Portrait de Madame de La Fayette Crédits : API/Gamma-Rapho - Getty

En français dans le texte vous propose d’écouter des grands classiques de la littérature française, mais aussi des textes d’histoire ou de philosophie, lus dans la voix de grands comédiens. Des œuvres au programme du baccalauréat, des classes de première ou de terminale, analysées avec le précieux concours des professeurs de l’Éducation nationale.

Aujourd’hui, Madame de La Fayette avec l'ouverture de La Princesse de Clèves.

Madame de La Fayette voulait écrire un roman sur la vie à la cour au temps de la Renaissance. Elle pensait intituler son livre « Mémoires » et traiter de ce sujet en mémorialiste comme elle le fera plus tard pour les Mémoires de la cour de France pour les années 1688 et 1689. Elle préféra finalement entremêler la fiction à la réalité. Elle le fit si bien qu’elle donna l’impression que les personnages imaginaires avaient modifié le cours de l’Histoire. En racontant les amours d’une princesse de Clèves fictive avec un duc de Nemours, qui avait bel et bien existé, elle jouait avec les apparences.

Un récit vraisemblable

L’action du roman se déroule entre le règne de François Ier et les guerres de Religion, à la fin du règne de Henri II.

Le travail de composition historique est remarquable. Si la trame de l’aventure passionnelle entre le duc de Nemours et Madame de Clèves n’est pas véridique, elle est vraisemblable, compte tenu du caractère et de la biographie du vrai Nemours.

Madame de La Fayette s’est soigneusement documentée pour faire revivre ses personnages. Elle s’est servi des Mémoires de Michel de Castelnau, un diplomate du XVIe siècle, des ouvrages du père Anselme, le meilleur généalogiste de son époque, ainsi que de L’histoire de France de Mézeray, un de ses contemporains.

De plus, Madame de La Fayette connaît la cour de l’intérieur du temps où elle était demoiselle d’honneur de la reine. Elle restitue l’atmosphère curiale avec son étiquette, ses rivalités, ses rituels, mais dans une version qui se rapproche plus de celle de son époque que de celle du XVIe siècle.

Le jeu de la galanterie

La principale activité à la cour, en dehors de la politique et de la guerre, sont les jeux de l’amour et de la galanterie, c’est-à-dire les manières de se comporter entre hommes et femmes. De fait, la place des femmes est capitale, surtout lorsque le souverain aime leur compagnie et se retrouve « tous les jours chez la reine à l’heure du cercle », caractéristique qui fait penser à Louis XIV, tout comme son caractère sportif, sa courtoisie, sa politesse, sa passion pour l’art et sa « libéralité », c’est-à-dire sa générosité à distribuer pensions et gratifications.

La plupart des courtisans sont jeunes, donc séducteurs et amoureux. Or, dans la haute noblesse, les unions sont des arrangements d’intérêt entre familles. Les sentiments y ont peu de place. Dans ce microcosme, où toutes les familles sont apparentées, les idylles et les mariages prennent une importance capitale.

Des personnages mis à l'épreuve

C’est un destin tragique que vont vivre les amoureux et les galants de la galerie de portraits de La Princesse de Clèves. L’héroïne résiste à la passion qui l’entraîne dans les bras de Nemours. La princesse de Clèves est sage d’y renoncer avant d’y succomber entièrement car l’adultère est sévèrement réprimé à cette époque, quelque que soit son rang social. Il s’agit d’une procédure curieuse baptisée « l’authentique » qui consiste à enfermer dans un couvent l’épouse adultère. 

Finalement, Madame de Clèves s’enferme elle-même. Madame de Chartres avait prévenu sa fille que la cour était un endroit où « ce qui paraît n’est presque jamais la vérité ». Le paraître dans ce qu’il a d’imaginaire et d’ostentatoire constitue le fil directeur de cette œuvre qui conjugue au plus que parfait le vrai et le faux historique.

Lecture par la comédienne Sophie Daull

On a entendu régulièrement la voix de la comédienne Sophie Daull sur France Culture, notamment dans les émissions Surpris par la Nuit, ou La Fabrique de l’Histoire ainsi que sur diverses dramatiques ; elle était Barbara dans le feuilleton réalisé par Juliette Heymann « Il était un Piano Noir », entre autres. Tous les dix ans, elle se lance dans un « seule en scène » pour mettre à jour son désir de jouer. La pratique de son métier ne se séparant jamais des questions de transmission, elle est régulièrement impliquée dans des missions pédagogiques. Elle a, dernièrement, interprété, en 2020, une magnifique Oenone dans la pièce Phèdre de Racine, mise en scène par Brigitte Jaques-Wajeman, au théâtre de la Ville à Paris.

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Gérer mes choix

L'analyse de ce texte a été préparée par Agnès Walch, inspectrice générale de l’IGÉSR, inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche.

>>> Lien vers la page Eduscol du site du Ministère de l'Education, des Sports et de la Recherche. Vous pourrez y trouver les analyses littéraire et grammaticale complètes.

Extrait musical

Le festival Jazz à Vienne a dévoilé la programmation de sa 40e édition qui aura lieu du 23 juin au 10 juillet prochain, avec Keziah Jones, Ibrahim Maalouf, Thomas Dutronc, Ayo, ou encore Marcus Miller qui se sont donnés rendez-vous sur la scène du Théâtre antique de Vienne. Avishai Cohen y sera en concert le 5 juillet et présentera son nouvel album.

"Nature Boy" par Avishai Cohen - Album "Two roses" (2021).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

17H36
28 min

La Dictée géante

La dictée de Rachid Santaki : un extrait de "L'Œuvre au noir" de Marguerite Yourcenar
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......