LE DIRECT
Marguerite Yourcenar à bord du paquebot "Mermoz" dans la mer des Caraïbes, en mars 1981

L'amour et le sommeil en miroir, "Mémoires d'Hadrien" de Marguerite Yourcenar / La dictée : "Peau noire, masques blancs" de Frantz Fanon

59 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, au menu d'"En français dans le texte", analyse d'un extrait des "Mémoires d'Hadrien" de Marguerite Yourcenar et pour la grande dictée de Rachid Santaki, un extrait de "Peau noire, masques blancs" de Frantz Fanon avec la participation du Titiou Lecoq, écrivaine et journaliste.

Marguerite Yourcenar à bord du paquebot "Mermoz" dans la mer des Caraïbes, en mars 1981
Marguerite Yourcenar à bord du paquebot "Mermoz" dans la mer des Caraïbes, en mars 1981 Crédits : © Micheline PELLETIER / Coll. Gamma-Rapho - Getty

En français dans le texte vous propose d’écouter des grands classiques de la littérature française, mais aussi des textes d’histoire ou de philosophie, lus dans la voix de grands comédiens. Des œuvres au programme du baccalauréat, des classes de première ou de terminale, analysées avec le précieux concours des professeurs de l’Éducation nationale.

Aujourd’hui, nous vous proposons la lecture d'un extrait des Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar.

Le contexte d'écriture

Marguerite Yourcenar a conçu le projet de ce livre en 1924. Fascinée par cet homme, elle décide après une visite de la villa Hadriana avec son père de se faire archéologue « du dedans ». Après bien des années d’hésitations, elle redécouvre son manuscrit dans une vieille malle en 1948, date qui n’est pas anodine, quelques temps après la fin de la guerre. « Depuis ce moment, il ne fut plus question que de récrire ce livre coûte que coûte », écrit-elle.

Les intentions d'Hadrien

L’incipit, les premiers mots des Mémoires d’Hadrien s’ouvre sur une adresse à « Mon cher Marc » : en 138, le jeune Marc-Aurèle a alors 17 ans. Ces Mémoires se présentent dès lors comme la lettre d’un empereur à son successeur. Mais le pacte de lecture se révèle très vite ambigu : les mentions épistolaires s’estompent rapidement, dévoilant au lecteur que cette missive est autant un texte envoyé à un destinataire qu’une confession, un témoignage personnel sous forme de monologue. Cette logique de l’aveu ouvre à une forme plus personnelle, où l’auteur se dévoile avec plus de liberté, d’humilité. Il délaisse le cérémonial et ôte le masque de l’empereur pour se montrer tel qu’il est : un homme de 60 ans au seuil de sa mort. La lettre, ici, se rapproche de l’exercice de style que constitue la « lettre familière », comme la pratiquait Cicéron. On note l’ambition d’Hadrien « de reparcourir [sa] vie pour y trouver un plan, y suivre une veine de plomb ou d’or ».

Hadrien ou la connaissance de soi

Mais la connaissance de soi passe par un apprentissage, dont les étapes vont être révélées à Marc-Aurèle : celle d’une initiation, d’un parcours personnel, avec ses forces et ses faiblesses. Hadrien reste pour lui-même une énigme qu’il doit cerner.

La tâche qu’il s’assigne est noble et complexe : se conquérir et se construire par la force du récit. Cette idée d’initiation aux « mystères » qui vont forger une personnalité est déjà fortement présente dans les pages qui précèdent l'extrait que nous étudions aujourd'hui,  Hadrien évoque aussi les « initiations religieuses ».

La connaissance de soi passe d’abord par le corps, qu’il faut apprivoiser. Pas à la manière du médecin Hermogène qui le traite « en monceau d’humeurs, triste amalgame de lymphe et de sang », mais en se mettant à l’écoute de sa sensualité. 

Le corps qui savoure et se régale, mobilise tous ses sens, après le goût, l’ouïe. Et Hadrien de souligner le rapport d’universelle sympathie stoïcienne qu’il recherche avec les êtres.

En posant ces jalons, Hadrien introduit la thématique de l’amour qui est au cœur de l’extrait analysé… Et annonce celle de la mort qui guette, et la présence du sommeil, « frère de la mort ».

Que nous apprend l'amour de l'empereur Hadrien, et qu'est-ce qu'Hadrien nous apprend de l'amour ? Mais aussi les mêmes questions se posent autour du sommeil...

Texte lu par le comédien et metteur en scène Jean-Gabriel Nordmann.

L'analyse de ce texte a été préparée par Simon Bournet-Ghiani, professeur de Lettres à Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône.

>>> Lien vers la page Eduscol du site du Ministère de l'Éducation, des Sports et de la Recherche. Vous pourrez y trouver les analyses littéraire et grammaticale complètes.

Pour aller plus loin 

Pages wikipédia de Marguerite Yourcenar et des Mémoires d'Hadrien.

Jean-Gabriel Nordmann est un comédien, metteur en scène et auteur. Il travaille au théâtre avec de nombreux metteurs en scène comme André Barsacq, Peter Brook, Jorge Lavelli. Il tourne également au cinéma et à la télévision. En 1980, il crée sa compagnie Le Grand Nord, montant entre autres Kafka, Koltès et ses propres pièces. Il enseigne également dans les écoles (Strasbourg, Saint-Étienne...) et dirige des ateliers d'écriture. Il publie également des pièces de théâtre en France et à l'étranger.

Extrait musical 

Tony Allen, le père Nigérian de l'afrobeat,  décédé il y a un an, était en train de travailler sur un album qu’il imaginait plutôt rap…  avec de nombreuses collaborations dont celle avec la rappeuse zambienne Sampa The Great. Cet album There Is No End vient de sortir, finalisé par son producteur, vendredi 7 mai chez Blue Note.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

17H36
26 min

La Dictée géante

La dictée de Rachid Santaki : un extrait de "Peau noire, masques blancs" de Frantz Fanon

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......