LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Illustration pour "Le Rouge et le noir" Stendhal"

"Le Rouge et le Noir" de Stendhal / La dictée : "Le Malade imaginaire" de Molière

59 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, En français dans le texte propose d'étudier un extrait de "Le Rouge et le Noir" de Stendhal et pour la dictée de Rachid Santaki, un extrait du "Malade imaginaire" de Molière. Et, en fin d'émission, une nouvelle anagramme d'Etienne Klein.

Illustration pour "Le Rouge et le noir" Stendhal"
Illustration pour "Le Rouge et le noir" Stendhal" Crédits : API/Gamma-Rapho - Getty

Parce que nous avons pris tant de plaisir à faire résonner, lors du premier confinement, les plus belles pages de la littérature française, désormais, chaque samedi, nous faisons vivre et revivre les grands textes de notre patrimoine littéraire, mais aussi parfois philosophique et historique, lues par de grands comédiens, et analysées de manière experte, en partenariat avec le ministère de l’éducation nationale.

Aujourd'hui, Le Rouge et le Noir de Stendhal, surnom d'Henri Beyle.

Dans son récit de voyage Promenades dans Rome, publié en 1829, Stendhal parle d'Adrien Lafargue, un jeune homme qui à l’image de sa génération « a reçu une bonne éducation, mais que l'absence de fortune oblige au travail et met en lutte avec les vrais besoins. » Adrien Lafargue sera l’un des modèles de Julien Sorel, personnage principal du Rouge et le Noir, son premier grand roman qui paraît un an plus tard. 

Stendhal est né à Grenoble en 1783, mais se sent milanais. Il découvre l’Italie à dix-sept ans et tombe sous le charme de la péninsule italienne et de sa population dont il admire l'énergie, qualité qui, à ses yeux, était celle « qui manquait le plus au XIXe siècle » nous dit-il encore dans les Promenades dans Rome. Il ajoute dans ce même texte : « De nos jours, on a trouvé le secret d'être fort brave sans énergie ni caractère. Personne ne sait vouloir ; notre éducation nous désapprend cette grande science. »

L'histoire

S'inspirant de deux affaires judiciaires de son époque, Stendhal décide avec Le Rouge et le Noir d'écrire une chronique de 1830. Un roman ancré dans son temps, autour de la figure donc de Julien Sorel, ce fils du propriétaire de la scierie de Verrières, une petite ville fictive, peu adapté à son milieu social. Doué d'une grande mémoire et d'une grande intelligence, il devient le précepteur des enfants du maire du village, Monsieur de Rênal. Julien va ensuite entretenir une relation avec la femme de ce notable, avant de partir suivre une formation au séminaire de Besançon. Ambitieux, Julien accepte la proposition de son protecteur, l'abbé Pirard, de se rendre ensuite à Paris pour devenir le secrétaire du marquis de La Mole. Dans cette famille de la haute noblesse parisienne, Julien fait la connaissance de Mathilde, la fille du marquis. Frappé par l'orgueil et l'énergie de la jeune femme, il se lance un défi personnel : la séduire. 

Textes lus par le comédien Emmanuel Lemire

Première lecture : nous sommes à Paris et Julien, en une scène du balcon revisitée, vient de passer la nuit avec Mathilde. La jeune femme s'est donnée à lui, séduite par son audace : pour la rejoindre, Julien vient de gravir la façade de l'hôtel particulier de la famille. Dans l'extrait que vous allez entendre, on comprend la complexité de leur relation… (fin du chapitre XVI, extrait du livre II du Rouge et le Noir).

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Gérer mes choix

Seconde lecture : l'opposition entre la douce femme du maire de Verrières, Madame de Rênal, et l'altière fille du marquis se prolonge dans cet extrait et illustre les tensions entre amour et passion, sincérité et apparence, altruisme et égoïsme. (intégralité du chapitre XVII et début du chapitre XVIII - extraits du livre II du Rouge et le Noir).

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Gérer mes choix

L'analyse complète a été réalisée par Nicolas Allard, professeur agrégé de lettres modernes.

>>> Lien vers la page Eduscol du site du Ministère de l'Education, des Sports et de la Recherche. Vous pourrez y trouver les analyses littéraire et grammaticale complètes.

Extrait musical

Sept ans après El Pianista del Antifaz, Pascal Comelade sort son nouvel album studio, "le cut-up populaire".Entre rock et minimalisme, le Catalan continue de poser des mélodies de piano sur des rythmes répétitifs, avec une instrumentation - guitares et claviers - plus électrique que précédemment, en compagnie des Limiñanas, de Richard Pinhas et d’un quatuor à cordes notamment. Cette somme de vingt-quatre instrumentaux étourdissants, intenses autant que poétiques, condense cinq décennies d’une quête obsessionnelle : l’invention d’un langage musical personnel via la coction d’influences très diverses. (disponible depuis le 30/10/2020).

"Evaporisme sonore" - Album "Le cut-up populaire" (2020).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'anagramme d'Etienne Klein

La science et les opinions

Nous l’avons bien vu depuis que la pandémie a commencé. La confiance accordée à l’intuition personnelle, au bon sens, aux évidences apparentes, pour émettre un avis sur des sujets scientifiques, semble avoir gagné en puissance. Or non, la gravité ne fait pas tomber les corps lourds plus vite que les corps légers – même si l’on voit bien que les boules de pétanque chutent plus rapidement que les feuilles mortes. Non, le mouvement des corps qui ne sont soumis à aucune force ne s’arrête jamais – même si notre bicyclette finit par s’immobiliser si nous cessons de pédaler. Non encore, l’eau froide ne gèle pas toujours plus vite que l’eau chaude – alors même que l’eau chaude doit d’abord devenir froide avant de devenir glace, etc. La science prend souvent l’intuition à contre-pied, contredit presque toujours le bon sens et n’a que faire de la bureaucratie des apparences. Voilà pourquoi, le fait de mélanger la science et les opinions engendre des inepties occasionnelles.

Chroniques
17H36
27 min
La Dictée géante
La dictée de Rachid Santaki : extrait du "Malade imaginaire" de Molière
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......