LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"L'île des esclaves" de Pierre Marivaux mise en scène Irina Brook à l'Atelier Théâtre, avec Lubna Azabal, Alex Descas, Stephanie Lagarde, Sidney Wernicke and Fabio Zenoni (21/01/2005)

"L'île des esclaves" de Marivaux / La dictée : "Léon l'Africain" d'Amin Maalouf

58 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, au menu d'En français dans le texte, analyse d'un extrait de "l'île des esclaves" de Marivaux et pour la grande dictée de Rachid Santaki, un extrait de "Léon l'Africain" d'Amin Maalouf. En conclusion, une anagramme d'Etienne Klein.

"L'île des esclaves" de Pierre Marivaux mise en scène Irina Brook à l'Atelier Théâtre, avec Lubna Azabal, Alex Descas, Stephanie Lagarde, Sidney Wernicke and Fabio Zenoni (21/01/2005)
"L'île des esclaves" de Pierre Marivaux mise en scène Irina Brook à l'Atelier Théâtre, avec Lubna Azabal, Alex Descas, Stephanie Lagarde, Sidney Wernicke and Fabio Zenoni (21/01/2005) Crédits : Frédéric Souloy/Gamma-Rapho - Getty

Chaque samedi, à 17h, écoutez les plus belles pages de la littérature française pour faire revivre les grands textes de notre patrimoine littéraire, philosophique ou historique, dans la voix de grands comédiens. Nous les analyserons ensuite, de manière experte, avec le concours du ministère de l’éducation nationale. Aujourd’hui : « L’Île des esclaves » de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, plus connu sous le simple nom de Marivaux.

Puis, vous pourrez vous essayer à la Grande dictée de Rachid Santaki. Aujourd'hui, dans le cadre du week-end spécial Liban sur France Culture, les mots de l’écrivain franco-libanais Amin Maalouf, le père de Léon Africain, s’envoleront vers vous. L'invité, le boxeur Souleymane Cissokho prendra note, parlera de son rapport à langue et de son actualité.

Enfin, vous découvrirez l’anagramme d’Etienne Klein, le jeu de mots de notre malicieux physicien. 

" L'île des esclaves " de Marivaux

Marivaux est surtout connu pour ces textes sur l’amour : " Les Fausses confidences ", " Le Jeu de l’amour et du hasard ", " La Double inconstance ". 

À regarder ce minuscule Livre de Poche à la typographie très aérée, on se dit que cette petite « comédie en 1 acte et en prose » – onze  scènes qui dépassent tout juste les trente pages – n’a pu être pour son auteur qu’une esquisse ou un bref passe-temps. Venant de lui, on s’attend à un air de marivaudage, cet art subtil de la conversation galante...

Publiée en 1725, on imagine enfin que cette comédie arrive à point nommé, répondant à l’atmosphère légère de «ces années folles» qui suivirent la mort du vieux Roi-Soleil. 

La surprise vient du titre : « L’Île des esclaves » ! Il rappelle les codes de l’utopie ou du roman d’aventures… Mais, après tout, pourquoi pas ! Rappelons que Marivaux était le contemporain de Daniel Defoe et de Jonathan Swift. Le rideau se lève d’ailleurs sur un décor banal, à l’exotisme abstrait, tout à fait propice aux aventures d’un Robinson échoué là auprès de Vendredi : « Le théâtre représente une mer et des rochers d’un côté, et de l’autre quelques arbres et des maisons ». Un naufrage vient justement d’avoir lieu, et deux rescapés entrent en scène…

Mais voilà que cette petite comédie déjoue très vite nos attentes. Nul « marivaudage » : le motif amoureux, sans enjeux sentimentaux, n’est abordé qu’en passant et sur le mode de la parodie (scènes 6 à 8).

Pour l’aventure et l’utopie, c’est aussi raté ! 

En réalité, sur cette île, où s’échouent Iphicrate et son valet Arlequin, les maîtres arrivant de l’étranger étaient autrefois mis à mort. Imprégné du sang de ces anciennes luttes sociales, ce « bord » que foulent les personnages se teinte soudain d’une couleur plus racinienne que romanesque, plus tragique qu’utopique.

La pièce raconte une mise à l’épreuve, celle de quatre personnages marchant en duo : 

-  Iphicrate, dont le nom affiche l’origine athénienne, et son valet Arlequin, type du bouffon à l’italienne, d’une part 

-  Euphrosine, également grecque, et sa suivante Cléanthis, d’autre part. 

Et c’est Trivelin qui va les accueillir sur cette plage avec quelques autres habitants de l’île, et leur expliquer le défi qui les attend : une inversion des rôles : sur cette île, les esclaves deviennent les maîtres et les maîtres, les esclaves. 

De ce substrat, qui paraît assez basique, surgit une crise sociale et morale très profonde, où s’engagent de douloureuses épreuves psychologiques (tous les personnages finissent par pleurer à la scène 10 !). Vous entendrez notamment l’humiliation des maîtres et la rancœur des valets. 

Si il s’agit bien d’une comédie, le rire y est cependant ambigu. Dans la notice de l’édition de la Pléiade, Henri Coulet et Michel Gilot ajoutent : « Aucune pièce de Marivaux n’a plus de "philosophie", aucune n’a plus de " théâtralité " ; tout y est sens et tout y est jeu ». 

Tout en remplissant leur fonction de scènes d’exposition, Les deux premières scènes, que vous allez entendre, concilient ce double registre : la fiction théorique et le rire que procure le «jeu», le sourire distancié du divertissement théâtral. Elles constituent un lieu de « nulle part » à valeur réflexive. 

Analyse réalisée par Cyril Chervet, professeur au Lycée Molière à Paris et Patrick Laudet.

>>> Lien vers la page Eduscol, site du Ministère de l'Education, des Sports et de la Recherche. Vous pourrez y trouver les analyses littéraire et grammaticale.

Extrait (audio - à l'antenne) de L’île des esclaves, Scènes 1 et 2, mise en scène par Simon Eine, à la Comédie Française, en 1973, avec Jacques Destoop (Iphicrate), Dominique Rozan (Trivelin), Yves Pignot (Arlequin), Tania Torrens (Euphrosine) et Catherine Hiegel (Cléanthis).

Extraits (vidéo) de L'île des esclaves sur une mise en scène d'Irina Brook à l'Atelier Théâtre, avec Lubna Azabal, Alex Descas, Stephanie Lagarde, Sidney Wernicke and Fabio Zenoni

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Captation (vidéo) complète de la pièce mise en scène par Gerold Schumann pour le Théâtre de la Vallée (Ecouen), avec Anne-Sophie Bailly, Vincent Bernard, Marc-Henri Boisse, Claire Cahen et Denis Ardant.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extrait musical

" Le coeur holiday " de Mika et Soprano - Album : " le coeur holiday - single " (2020) - Label : Republic records.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'anagramme d'Etienne Klein

Le retournement des poussettes

Il s’est produit à la fin du XXe siècle un événement à la fois ultra-anecdotique et hautement symbolique : le retournement des poussettes. Auparavant, les très jeunes enfants étaient assis dans le sens opposé à la marche, c’est-à-dire dans un face-à-face rassurant avec la personne qui les poussait - en général leur mère ou leur père –, ce qui les installait dans un rapport affectif permettant les sourires, les grimaces, les gestes de tendresse, l’échange de paroles. Désormais, les enfants ne voient plus la personne qui les pousse, ils sont poussés face au vide, de sorte que leur regard ne croise plus que des passants anonymes. Ainsi sont-ils spatialement laissés à leur solitude, « ouverts sur le monde », disent ceux qui louent cette pratique, mais en réalité livrés à l’inconnu qui, comme chacun sait, est source potentielle d’angoisse.

Ce renversement des poussettes a beau ne pas constituer un événement historique, il apparaît typique d’un nouveau rapport au temps, à soi, aux autres : comme nous-mêmes, désormais, l’enfant n’a plus d’autre horizon qu’un présent immédiat, informe, donc troublant. Dans son ouvrage Une Folle Solitude, Le fantasme de l’homme auto-construit, le philosophe Olivier Rey défendait l’idée que la démocratie et la science se sont associées pour contribuer à cette inversion radicale : l’une et l’autre privilégient en effet un sujet libéré du poids du passé et des entraves traditionnelles, regardant d’emblée vers l’avant et condamné, par ce fait même, à s’inventer à partir de ses propres forces.

Quoi qu’il en soit, il reste que le retournement des poussettes a subrepticement placé les jeunes humains dans une configuration étrange, possiblement anxiogène, susceptible d’affecter leur tonicité existentielle. 

L'anagramme : " Retournement des poussettes " = " posture démente, tonus stressé " !

Chroniques
17H36
26 min
La Dictée géante
La dictée de Rachid Santaki : extrait de "Léon L’Africain" d'Amin Maalouf
Intervenants
  • physicien, producteur de Sciences en question sur France Culture
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......