LE DIRECT
Buste du philosophe Voltaire exposé au Château de Voltaire à Ferney

Raconter pour éclairer, "L'Ingénu" de Voltaire / La dictée : "La Vie errante" de Guy de Maupassant

59 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, au menu d'"En français dans le texte", analyse d'un extrait de "L'Ingénu" de Voltaire et pour la grande dictée de Rachid Santaki, un extrait de "La Vie errante" de Guy de Maupassant avec la participation de l'écrivain-voyageur Alain Borer.

Buste du philosophe Voltaire exposé au Château de Voltaire à Ferney
Buste du philosophe Voltaire exposé au Château de Voltaire à Ferney Crédits : Fabrice Coffrini - AFP

En français dans le texte vous propose d’écouter des grands classiques de la littérature française, mais aussi des textes d’histoire ou de philosophie, lus dans la voix de grands comédiens. Des œuvres au programme du baccalauréat, des classes de première ou de terminale, analysées avec le précieux concours des professeurs de l’Éducation nationale.

Aujourd’hui, nous vous proposons la lecture des chapitres XVI et XVII de L'Ingénu de Voltaire.

Le projet d'écriture

Écraser « l’Infâme » : tel est le mot d’ordre de Voltaire dans les années qui précèdent la publication de L’Ingénu. Engagé dans l’affaire Calas, le philosophe a publié son Traité sur la tolérance en 1763 et lutte contre l’obscurantisme religieux

L’Ingénu s’inscrit dans cet élan anticlérical. À travers ce conte philosophique qui suit les mésaventures d’un indien Huron fraîchement débarqué en Basse-Bretagne, Voltaire confronte son héros aux abus de l’Église. L’attaque la plus virulente vise sa cible favorite : les Jésuites.

« L’Infâme », dans L’Ingénu, c’est le pouvoir jésuite. Parce qu’il manipule le roi, persécute les protestants, enferme les innocents en prison. Le conte, tout fictif qu’il soit, s’ancre dans une réalité historique bien identifiable : celle de la cour de Louis XIV en 1689.

Éveiller l'indignation

Mademoiselle de Saint-Yves est en route pour Versailles, où elle espère retrouver et épouser l'Ingénu, son fiancé. Elle y apprend, horrifiée, qu’il est en prison. On lui conseille alors de s’adresser à un certain Monsieur de Saint-Pouange - épinglé par Voltaire - qui fut premier commis du secrétaire d’État à la Guerre sous Louis XIV. 

Mais le commis lui fait du chantage. Chapitre XV : « Elle était si belle que le Saint-Pouange, perdant toute honte, lui insinua qu’elle réussirait si elle commençait par lui donner les prémices de ce qu’elle réservait à son amant ». Une bien belle rhétorique pour une proposition fort malhonnête.

Les chapitres XVI et XVII de L'Ingénu forment un diptyque. Empruntant deux chemins narratifs différents, ils visent un même effet chez le lecteur : l’indignation.

Dans le chapitre XVI, où le Jésuite apparaît comme un nouveau Tartuffe, le dialogue sert la satire. On y retrouve cette ironie propre à Voltaire, qui a déjà fait le succès de Candide quelques années plus tôt.

En revanche, dans le chapitre XVII où Mademoiselle de Saint-Yves subit un viol, le récit bascule du conte au drame, et du sourire aux larmes. Comment ne pas compatir devant la chute de la jeune femme ? C’est dans cette rupture de ton que se joue la singularité de L’Ingénu.

On aurait pu, à première lecture, percevoir Mademoiselle de Saint-Yves comme une ingénue au féminin, une grande sœur du petit chaperon rouge qui se jette avec inconscience dans la gueule du loup. Mais ce serait faire bien peu de cas de la force et de la lucidité dont fait preuve le personnage dans ce texte. Loin de se laisser abuser par faiblesse, elle subit la violence dans la plus grande clairvoyance

Tandis que le Huron, plongé dans ses livres à la Bastille, s’instruit, pense et devient philosophe, Mademoiselle de Saint-Yves éprouve dans sa chair l’apprentissage du monde.

La force du conte philosophique

Par le détour de la fiction propre au conte philosophique, Voltaire nous révèle « l’Infâme » pour mieux le condamner. C’est la force du récit que de dévoiler la vérité des êtres et leurs sombres travers. 

Raconter pour éclairer, c’est la clé de lecture de la fiction voltairienne. Et c’est précisément ce que l’Ingénu devenu philosophe proclame, du fond de sa prison : « Ah ! s’il nous faut des fables, que ces fables soient du moins l’emblème de la vérité ! ».

Chapitres XVI et XVII lus par la comédienne Anaïs Demoustier

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Gérer mes choix

L'analyse de ce texte a été préparée par Anne Delaplace, professeure au lycée Darius Milhaud, au Kremlin-Bicêtre dans le Val-de-Marne.

>>> Lien vers la page Eduscol du site du Ministère de l'Éducation, des Sports et de la Recherche. Vous pourrez y trouver les analyses littéraire et grammaticale complètes.

Pour aller plus loin 

• Sur Voltaire : écouter Le dernier des écrivains heureux, la série que La Compagnie des œuvres a consacré au philosophe en 2021, et Les limites de la tolérance, l'émission des Chemins de la philosophie sur l'œuvre de Voltaire en 2015.

• Sur l'affaire Calas : découvrir l'émission des Chemins de la philosophie en 2015 : L’affaire Calas, quand l’injustice fonde la justice.

• Sur la comédienne Anaïs Demoustier : elle obtient le César de la meilleure actrice en 2020 pour son rôle dans Alice et le maire de Nicolas Pariser. Elle est à l’affiche d’Incroyable mais vrai de Quentin Dupieux aux côtés d'Alain Chabat et Léa Drucker, La Pièce rapportée d'Antonin Peretjatko ou encore de Chère Léa de Jérôme Bonnell.

Extrait musical 

Le morceau « Peur des filles » est un « thriller féministe avec un sourire en coin » déclare L’Impératrice, le groupe pop et disco formé en 2012 de six musiciens, Charles de Boisseguin (claviers), Hagni Gwon (claviers), David Gaugué (guitare basse), Achille Trocellier (guitare électrique), Tom Daveau (batterie) et rejoint en 2015 par Flore Benguigui, au chant.

« Peur des filles » est extrait de leur nouvel album Tako Tsubo sorti mars 2021 (Label Idol), du terme « piège à poulpe en japonais » qui désigne le syndrôme des cœurs brisés

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

17H36
30 min

La Dictée géante

La Dictée de Rachid Santaki : un extrait de "La Vie errante" de Guy de Maupassant

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......