LE DIRECT
File d'attente devant le cinéma le "Kinopanorama" lors de la sortie du film "Voyage au centre de la terre" dans le 15ème arrondissement de Paris le 30 mai 1975.

"Voyage au centre de la terre" de Jules Verne / La dictée : "Les lettres de mon moulin" d'Alphonse Daudet

58 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, "En français dans le texte" propose d'étudier "Voyage au centre de la Terre" de Jules Verne. Rachid Santaki nous proposera un extrait de "Lettres de mon moulin" d'Alphonse Daudet. Pour terminer, une nouvelle anagramme d'Etienne Klein.

File d'attente devant le cinéma le "Kinopanorama" lors de la sortie du film "Voyage au centre de la terre" dans le 15ème arrondissement de Paris le 30 mai 1975.
File d'attente devant le cinéma le "Kinopanorama" lors de la sortie du film "Voyage au centre de la terre" dans le 15ème arrondissement de Paris le 30 mai 1975. Crédits : © Michel GINFRAY / Coll. Gamma-Rapho - Getty

En Français dans le texte se propose de vous faire écouter les plus belles pages de la littérature française, écouter et réviser, pour les moins de 18 ans. France Culture a choisi de poursuivre l’aventure… en faisant vivre et revivre les grands textes de notre patrimoine littéraire, mais aussi parfois philosophique et historique, interprétés par de grands comédiens, et analysé de manière experte, en partenariat avec le ministère de l’éducation nationale.

Aujourd'hui, Voyage au centre de la Terre de Jules Verne - chapitres XXXIX et XL, du début du chapitre XXXIX à « nous rejoignîmes le chasseur ».

Le début de l'histoire

Poussé dans le cratère d’un volcan par son oncle, le professeur Lidenbrock, un savant épris de minéralogie, Axel, va vivre des aventures extraordinaires :  « Ah ! quel voyage ! quel merveilleux voyage ! », s’écrira-t-il à la fin de l’histoire…  

L’aventure commence par un message tombé des pages d’un vieux livre. Signé du nom d’un alchimiste islandais du XVIe siècle, il reste indéchiffrable jusqu’à ce que le hasard donne à Axel les clés de l’énigme. Le vieil alchimiste indique un chemin possible dans les entrailles de la terre jusqu’à son centre. Enthousiaste, le professeur Lidenbrock achève bientôt les préparatifs du voyage. Le savant et son neveu gagnent l’Islande. Ils y font la connaissance de Hans qui sera leur guide dans les régions polaires et leur compagnon dans les régions souterraines.

Au-delà des fjords, au-dessous du soixante-cinquième parallèle nord, se trouve le Snæfell, un volcan éteint depuis plusieurs siècles. C’est dans son cratère que l’alchimiste islandais situe son passage vers le centre de la terre. Nos aventuriers descendent alors des parois abruptes, parcourent des galeries dans lesquelles ils s’égarent, visitent une grotte de diamant, découvrent une mer à qui ils donnent leur nom, naviguent sous une tempête folle, trouvent un port qu’ils baptisent Graüben, du nom de la fiancée d'Axel. 

La géographie des profondeurs réserve d’autres surprises encore sur les rivages de cette mer souterraine, car le voyage sous la surface terrestre est une aventure vers les temps passés. Le sol primordial conserve les restes d’animaux antédiluviens. Une flore inattendue vit dans cette région privée de la lumière du soleil. Des monstres marins surgissent de la mer intérieure, offrant le spectacle d’un terrible combat. Plus loin, dans un immense ossuaire, c’est devant le corps fossilisé d’un être humain que nos héros s’émerveillent. Axel s’interroge alors : « Jusqu’ici, les monstres marins, les poissons seuls, nous étaient apparus vivants ! Quelque homme de l’abîme errait-il encore sur ces grèves désertes ? ».

Le contexte

Voyage au centre de la terre compte parmi les premiers romans de Jules Verne. Publié en 1864, avec le concours de l’éditeur Pierre-Jules Hetzel, le roman est édité une seconde fois, trois ans plus tard, illustré et augmenté de deux chapitres. (l’extrait lu ici, en est issu).

Récits de voyages, récits d’aventures, la série de quatre-vingt récits  intitulée « Voyages extraordinaires » fait le tour du globe et déborde même vers le ciel, les abysses et les abîmes. Au cours de ses voyages en Allemagne et en Scandinavie, Jules Verne a parcouru certains des paysages qu’il décrit.

Lecteur à la curiosité infinie et au savoir encyclopédique, il invente la matière de ses romans en puisant dans tous les champs de la connaissance les plus contemporains. Pour écrire Voyage au centre de la terre, Jules Verne a lu La terre avant le déluge de Louis Figuier, ouvrage de vulgarisation scientifique paru en 1862, illustré par des gravures de Riou. C’est à Riou que Hetzel, l’éditeur de Jules Verne, confiera l’illustration de Voyage au centre de la terre.

Dans l’imaginaire collectif, ce texte est souvent indissociable de ces premières gravures. Jules Verne était d’ailleurs soucieux de la précision des illustrations de ses œuvres. Le Voyage offre dès lors un panorama du monde où s’articulent l’imaginaire visuel et la rêverie poétique, où se rencontrent le savoir et la fiction, où la science enfin cède volontiers le pas au merveilleux. Dans un article publié en 1913, le futur directeur de la La Nouvelle Revue française, Jacques Rivière écrit à propos du roman d’aventure que « c’est un roman qui s’avance à coup de nouveautés ».

L'analyse complète a été réalisée par Laurent Bernal, professeur agrégé de Lettres modernes au lycée Clément Ader d'Athis-Mons.

>>> Lien vers la page Eduscol du site du Ministère de l'Education, des Sports et de la Recherche. Vous pourrez y trouver les analyses littéraire et grammaticale complètes de toutes les émissions déjà diffusées.

Lecture par la comédienne Irène Jacob

Extrait musical

"Interplay - The Music of Bill Evans

Le contrebassiste Diego Imbert et le pianiste guadeloupéen Alain Jean-Marie se trouvent et se retrouvent pour un album hommage à l’un des plus grands jazzman : le pianiste Bill Evans. 

L’album "Interplay - The Music of Bill Evans" est en vente, dans les bacs depuis novembre 2020.

L'anagramme d'Etienne Klein

la théorie de la relativité restreinte 

Cette théorie, élaborée par Albert Einstein en 1905, invite à rassembler l’espace et le temps sous la coupe d’une entité unique : l’espace-temps. L’espace-temps forme la trame de l’univers, il est la vaste scène de théâtre au sein de laquelle se déroulent les événements. Il contient en somme l’intégralité de l’histoire de la réalité, chaque événement passé, présent ou futur y occupant, depuis toujours et pour toujours, une place bien déterminée.  

Vérifiée aux plus grandes échelles cosmologiques, la théorie de la relativité restreinte donne pleinement sens à son anagramme qui n’est autre que : vérité théâtrale et loi intersidérale

Chroniques

17H36
25 min

La Dictée géante

La dictée de Rachid Santaki : extrait des "Lettres de mon moulin" d'Alphonse Daudet
Intervenants
  • physicien, spécialiste du temps, producteur à France Culture de l'émission « La Conversation scientifique ».
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......