LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Eric Valmir, notre correspond à Rome, vient de publier « Italie Belle et impossible », aux éditions Editalie

7 min

Au départ, il y avait la proposition de plusieurs éditeurs d’écrire un texte sur Berlusconi et de raconter la société italienne à travers sa figure politique et le succès de son empire médiatique. J’ai refusé cette démarche. Il existe déjà beaucoup d’ouvrages sur le Président du Conseil.

Ensuite, il était question d’aborder les 150 ans de l’unité italienne. Mais tant d’historiens ont étudié la période avec la précision du scientifique. L’incontournable Histoire de l’Italie de Pierre Milza, ou l’Histoire de l’Italie du Risorgimento à nos jours de Sergio Romano sont des oeuvres de référence. En revanche, donner la parole à la société civile et retranscrire dans un livre les reportages et les interviews réalisés ces cinq dernières années était un exercice qui me plaisait davantage. Aucune démonstration et jugement de valeurs. Simplement rencontrer, écouter, échanger. Mettre en relation avec les faits d’actualité et l’Histoire du pays les ressentis et sentiments d’aujourd’hui.

Et au fil des chapitres, une vision s’impose. Celle d’une société civile forte et créatrice déconnectée du pouvoir. Un décalage entre les intérêts de la classe politique dirigeante et les aspirations des citoyens. Un décalage qui inéluctablement nous amène à ce référendum des 12 et 13 juin, ce ras de marée électoral contre un système. Plus qu’un vote contre Berlusconi, c’est le rejet d’un système qui s’est exprimé.

Dans ce livre, Silvio Berlusconi, il en est très peu question. Bien évidemment, des passages lui sont consacrés. Difficile de l’ignorer surtout au vu du rôle qu’il a joué ces quinze dernières années, mais il n’est pas le protagoniste central de ce texte. Vivre dans un pays, ce n’est pas le réduire à ses gouvernants, c’est le parcourir du nord au sud en prenant le temps de s’arrêter et de s’intéresser au quotidien des uns et des autres. A l’arrivée, il ne reste qu’une somme de nuances et de contradictions, qui additionnées forment l’âme du belpaese. Et on très loin du Bunga Bunga.

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......