LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hervé de Charette, député Nouveau Centre et ancien ministre des Affaires étrangères

7 min

Hervé de Charette
Hervé de Charette Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Hervé de Charette Nathalie Lopes©Radio France Il nous livre son analyse de la situation en Côte d'Ivoire, en Libye et sur les autres théâtres d'opérations extérieures de la France. Q : Sur la Côte d'Ivoire : "C'est 10 ans de malheurs, de déchirements, de conflits avec des bases ethniques, régionales, tribales, et en sortir après l'énorme crise qu'on vient de vivre, ce n'est pas si simple. Est-ce que le nouveau Président de la Côte d'Ivoire élu par le peuple et enfin reconnu, est-ce qu'il aura la dimension, l'étoffe, l'autorité nécessaires pour reconstituer l'unité de la Côte d'Ivoire; soyons aujourd'hui optimistes mais la tâche est rude. Il faut que la communauté internationale l'appuie, et je me félicite de constater que la France a d'ores et déjà annoncé qu'elle allait apporter 400 millions d'euros sur la table, il faut des moyens." Q : Sur la Libye : "On pensait que ça devait être réglé rapidement, ça ne l'est pas. Le fait que l'OTAN ait pris le commandement militaire des opérations est quelque chose, à mon avis, de très discutable et commence à produire des effets très négatifs. Et enfin, on ne peut pas imposer aux libyens des solutions qui ne seraient pas capables de trouver entre eux." Q : C'est notre bourbier ? R : "Il y a des risques d'enlisement et la communauté internationale, les Français et les Britanniques les premiers, ne doivent pas s'incruster inutilement dans ce conflit." Q : Nicolas Sarkozy, chef de guerre; des actions extérieures pour que ça fonctionne mieux à l'intérieur ? R : "Je ne crois pas qu'on peut penser que le président de la République a lancé ces opérations militaires pour des raisons de politique intérieure, je n'ai pas ces pensées ou ces arrières-pensées qui seraient assez sombres. Par contre, c'est vrai que la popularité du président n'est pas indexée sur les actions militaires. Je pense que la présence tous azimuts de l'armée française à travers le monde est quelque chose qu'il faut revoir."
Intervenants
L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......