LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Laurent Mauduit : journaliste d'investigation à Médiapart

8 min

Avec le programme du Conseil national de la résistance, rédigé en 1944 ou le Programme commun de la gauche, élaboré au début des années 1970, les « 110 propositions » préparées par le PS pour la présidentielle de 1981 constitue une étape majeure dans l’histoire de la gauche et dans les projets de transformation sociale qu’elle a proposés au pays.

Des propositions sur lesquelles revient un manuel critique établi par la rédaction de Mediapart, sous la direction de notre invité.

Laurent Mauduit
Laurent Mauduit Crédits : C. Bennetot - Radio France
Laurent Mauduit C. Bennetot © rf Ces propositions qui tendaient à engager un vaste plan de relance ou de nationaliser une partie des grands moyens de production, de la banque jusque dans l’industrie, les voilà, avec trente ans de recul, qui font office de miroir. Il suffit de les prendre une à une pour s’en convaincre. Quelles que soient les maladresses, les hypocrisies ou les habiletés qui ont présidé à leur élaboration, elles portaient une part du rêve. Comme les « Jours heureux », titre sous lequel a été publié le programme du CNR, a fait rêver la France résistante. Dans ces « 110 propositions », il faut donc, aujourd’hui, se replonger. À leur lecture, en effet, on mesure à quel point, en trois petites décennies, le monde a radicalement changé. Adieu les politiques de relance, la défense des services publics, le relèvement des minima sociaux, du salaire minimum… article par article, on voit à quel point l’État a reculé face aux marchés. À quel point aussi les politiques publiques ont été appauvries et le modèle social démantelé. Pour quiconque fait le va-et-vient entre hier et aujourd’hui, elles permettent de mesurer l’ascendant que le capital a pris sur le travail, de la formidable flexibilité et précarité que le monde du travail a subi. Du même coup, l’effet de miroir est encore plus important. Alors que la gauche avance vers la présidentielle de 2012 dans une situation inquiétante de division, alors que les socialistes sont minés par des sensibilités innombrables et tout autant d’ambitions individuelles, la plate-forme socialiste a cette autre utilité. Même si certaines ont vieilli quand elles ne sont pas devenues obsolètes, les « 110 propositions » permettent aussi d’apprécier ce que sont devenus les socialistes. Les rêves que certains continuent de porter, défendant encore certaines de ces « 110 propositions », même amendées. Ou les renoncements auxquels d’autres ont au contraire cédé. Car si les socialistes espéraient jadis « changer la vie », c’est la vie qui, trop souvent, les a changés.
L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......