LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Joshua Angrist, économiste au MIT, l'un des trois lauréats du Prix Nobel d'économie en 2021. Un des plus grands spécialistes du travail et de l'éducation.

Prix Nobel d’économie : le sacre de l’expérimentation ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Le Prix Nobel d'économie a mis à l'honneur, en 2021, trois représentants de l'expérimentation. La montée en puissance de cette discipline constitue une révolution au sein de la science économique de par la remise en cause des modèles théoriques sur lesquelles elle était initialement fondée.

Joshua Angrist, économiste au MIT, l'un des trois lauréats du Prix Nobel d'économie en 2021. Un des plus grands spécialistes du travail et de l'éducation.
Joshua Angrist, économiste au MIT, l'un des trois lauréats du Prix Nobel d'économie en 2021. Un des plus grands spécialistes du travail et de l'éducation. Crédits : Pat Greenhouse/The Boston Globe - Getty

Depuis 1969, l'Académie royale des sciences de Suède décerne chaque année le "Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel" à des chercheurs et chercheuses qui ont joué un rôle déterminant au sein des sciences économiques et ont donc permis de faire avancer leur discipline au travers du développement de nouveaux concepts, de nouvelles approches et de nouvelles méthodes innovantes et structurantes.   

En 2021, les économistes Joshua Angrist du MIT, Guido Imbens de la Brown University et David Card de Princeton sont donc les nouveaux Prix Nobel. Cependant, au travers de ces trois lauréats, cette récompense semble acter, d'une certaine manière, l'influence de plus en plus importante de l'économie expérimentale au détriment des théories classiques qui sont pourtant au cœur des analyses économiques depuis le XVIIIe siècle. 

Un concept qui crée ses propres données

L'introduction d'expériences concrètes, qui permettent de directement visualiser, étudier et analyser un phénomène, au sein du champ d'étude économique, apparaît dans les années 1990 de par la prise en compte de l'influence des émotions et de la psychologie dans les choix et les comportements économiques des individus. Dès 2002, Daniel Kahneman et Vernon Smith, parmi les principaux représentants de cette nouvelle approche méthodologique, se voient décernés le prestigieux Nobel. 

Concrètement, l'économie expérimentale vise à produire des données empiriques à partir d'expériences comportementales individuelles ou collectives. Ces données seront par la suite analysées au travers d'outils économétriques, qui permettront ainsi de comprendre mais surtout de mettre en valeur des liens de causalité entre un facteur et une dimension économique. 

Il existe trois formes d'expériences principales au sein de cette discipline : les expériences menées en laboratoire, qui consistent à faire participer des volontaires à des situations précises, les expériences menées sur le terrain, directement en conditions réelles au sein d'une population ou d'une communauté et enfin les expériences dites naturelles, qui consistent à observer un phénomène existant et non créé de manière artificielle.
Dans tous les cas, celles-ci visent à mieux appréhender les mécanismes psychologiques qui animent fondamentalement les individus lors de leur prise de décision, les conduit à coopérer ou non avec les autres, mais aussi à mieux analyser l'impact d'une politique ou d'un changement d'environnement sur des paramètres économiques.  

Une pratique ancrée dans le réel

L'un des lauréats du Prix Nobel 2021, David Card, a mené de nombreuses expériences naturelles au cours de ses recherches afin de mettre en évidence des liens de causalité fondamentaux entre deux phénomènes. Il a ainsi analysé l’arrivée massive d’immigrés cubains dans les années 1990 sur le marché de l'emploi de la ville de Miami. En comparant l’évolution du marché du travail a Miami avec d'autres villes de Floride, l'économiste a ainsi montré que l’arrivée de migrants [hausse de 7% de la main d'œuvre], n'impacte pas négativement le niveau des salaires et le taux de chômage. L'arrivée de nouveaux consommateurs créée de nouveaux besoins, une hausse de la demande et donc de nouveaux emplois.  

En 1993, il s’intéresse également à l’impact du salaire minimum sur l’emploi. En comparant la hausse décidée dans le New Jersey (de 4,25 à 5$ de l’heure) avec la Pennsylvanie voisine, où le salaire minimum est resté stable, il arrive à la conclusion qu'il n'existe aucun effet négatif de l’augmentation du salaire minimum sur le niveau d’emploi.

Au regard de ces deux études, l'économie comportementale apparaît véritablement comme une révolution au sein de la littérature et de la doxa économique. Alors que l'approche néoclassique a longtemps été mise en avant et été animée par des modèles théoriques, cette nouvelle approche se construit au contraire sur le fait que l'expérience concrète, le regard concret de phénomènes et d'évolutions réels doivent dorénavant constituer la base de la recherche en économie, à l'image des autres sciences dures comme la physique.
Il s'agit ainsi d'utiliser l'expérience pour construire de nouvelles théories économiques et non d'user de l'expérience en vue de confirmer des modèles préexistants. Un véritable bouleversement. 

L'économie comportementale reste toutefois critiquée au niveau de sa méthodologie et de ses conclusions. Bien que des liens de causalité semble souvent mis en avant, les raisons profondes qui animent l'évolution ou les conséquences d'un phénomène sont souvent mises de coté. Cette nouvelle approche, bien qu'innovante et prometteuse, alimente donc encore de vives controverses et des critiques académiques. 

Pour nous parler de cette révolution méthodologique au sein de l'économie, nous avons le plaisir de recevoir Pierre Cahuc, Professeur d’économie à Science Po Paris, Xavier d’Haultfoeuille, Professeur d’économie à l’ENSAE et Nicolas Jacquemet, Professeur titulaire d'une chaire à la Paris School of Economics et Professeur à l’Université Paris 1. 

Chroniques
14H54
3 min
Le Pourquoi du comment : économie et social
Comment les lobbys influencent-ils les décisions publiques ?
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......