LE DIRECT
Le Golden Bridge et la Baker Beach à San Francisco, en Californie
Épisode 2 :

Los Angeles : un concentré d'inégalités

58 min
À retrouver dans l'émission

Los Angeles a été une ville florissante construite sur les loisirs et le développement de l'industrie. Mais les tensions, raciales et économiques, se sont accentuées depuis les années 1950, et le mythe a été dépassé par sa réalité.

Tous les ans, le smog recouvre la ville de Los Angeles. En 2020, le pic de pollution a atteint un niveau inégalé depuis près de 30 ans.
Tous les ans, le smog recouvre la ville de Los Angeles. En 2020, le pic de pollution a atteint un niveau inégalé depuis près de 30 ans. Crédits : Ted Soqui - Getty

Cette émission a été diffusée pour la première fois le 3 février 2021 et est proposée en réécoute.

Le reporter Morrow Mayo écrit ceci à propos de la Ville des Anges en 1933 : « Il faut bien comprendre que Los Angeles n’est pas qu’une ville. Au contraire, elle est, et cela depuis 1888, une marchandise ; quelque chose dont on fait la publicité et qu’on vend au peuple américain comme les automobiles, les cigarettes ou du dentifrice ». La ville est en effet un symbole du mythe californien : elle a été construite comme un fantasme, un retour à la nature en opposition avec les villes polluées et concentrées de la côte Est, mais son modèle a révélé des failles de plus en plus grandes tout au long du XXe siècle.

Los Angeles a été conçue comme une ville-rêve : mondialement connue aujourd'hui pour sa production cinématographique dans les studios d'Hollywood, elle a également pendant longtemps été un fer de lance des productions agricole, automobile et aéronautique américaines. Le littoral, le retour à la nature et la création d'emplois ont attiré de nombreux immigrants, entraînant un étalement spectaculaire de la ville. Los Angeles est aujourd'hui un cas d'école d'urbanisme et de géographie : c'est une agglomération tentaculaire qui compte 18 millions d'habitants répartis dans plus de 170 villes.

Les émeutes de Watts en 1965 brisent l'idée de Los Angeles comme rêve californien et américain. On se rend compte que la ville est ravagée des inégalités territoriales, économiques, raciales, et qu'il ne fait pas bon être noir à Los Angeles. - Elsa Devienne

Cet étalement urbain, couplé à la désindustrialisation de la région dans la deuxième moitié du XXe siècle, a eu des conséquences sociales très importantes. Le mythe a été rattrapé par la réalité du capitalisme et les tensions sociales, raciales et économiques se sont exacerbées depuis les années 1950. La ségrégation des populations non-blanches a mené à une hyperghettoïsation et Los Angeles est aujourd'hui tristement connue pour ses fortes inégalités sociales. En outre, l'étalement de la ville sur des centaines de kilomètres a forcé l'utilisation massive de la voiture et a eu des conséquences environnementales non négligeables.

On assiste à un double processus de désindustrialisation et de réindustrialisation sélective. Toute l'industrie lourde disparaît : l'industrie automobile, la sidérurgie, une partie de l'aéronautique. Le problème c'est que les usines concernées par la restructuration du capitalisme et les délocalisations se trouvent dans les ghettos africains. - Yohann le Moigne

Comment le modèle social d’une ville florissante, dédiée aux loisirs et où les emplois étaient faciles à trouver, s’est-il progressivement fissuré ? Doit-on voir dans les tensions sociales et environnementales qui pèsent sur la ville le revers de toute entreprise capitaliste ? Pour en parler, nous avons fait appel à Elsa Devienne, chercheuse à Northumbria University et anciennement maîtresse de conférence en histoire et civilisation américaine à l’université Paris X – Nanterre et à Yohann le Moigne, maître de conférences en civilisation américaine à l’Université d’Angers et membre du Laboratoire Langues, Littératures, Linguistique des universités d’Angers et du Maine.

Les mesures environnementales se font peut-être au détriment des mesures sociales : la crise du Covid-19 révèle de manière très brutale les inégalités sociales et médicales. Les quartiers touchés par le Covid d'une violence extrêmement forte sont les quartiers latinos et noirs. - Elsa Devienne

Références sonores

  • Lecture d'un extrait de City of quartz : Los Angeles, capitale du futur, de Mike Davis (1990)
  • Lecture d'un extrait de Journal d'Amérique - Bertold Brecht (1941)
  • Interview de James Elroy, écrivain américain, à propos de son roman La tempête qui vient (source : France Culture, 2019)
  • Témoignage d'un Afro-Américain au moment des émeutes de Watts (source : ORTF, 1965)

Références musicales

  • « California Girls » - The Beach Boys
Intervenants
  • Chercheuse à Northumbria University, ancienne maîtresse de conférence en histoire et civilisation américaine à l’université Paris X – Nanterre.
  • Maître de conférences en civilisation américaine à l’Université d’Angers et membre du Laboratoire Langues, Littératures, Linguistique des universités d’Angers et du Maine
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......