LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une femme au milieu des ruines du Rana Plaza, au Bangladesh
Épisode 4 :

De l’éthique dans le dressing

59 min
À retrouver dans l'émission

Conditions de travail déplorables, exploitation des enfants, sous-traitance acharnée... De nombreux scandales viennent interroger les possibilités réelles d'une moralisation du monde de la mode au-delà des stratégies de social washing.

Une femme au milieu des ruines du Rana Plaza, au Bangladesh
Une femme au milieu des ruines du Rana Plaza, au Bangladesh Crédits : MUNIR UZ ZAMAN / AFP - AFP

Quatrième et dernier temps de notre semaine consacrée au textile, depuis les ateliers de confection jusqu’aux grands défilés. Entre créateurs de renom et mode jetable, l’industrie de l’habillement ne cesse de faire parler d’elle, pour le meilleur parfois, pour le pire souvent. Il y a cinq ans, le 24 avril 2013, un immeuble de Dacca, la capitale du Bangladesh, s’effondrait sur les 5 000 employés du textile qui y travaillaient provoquant l’un des plus grands désastres industriels de l’histoire moderne. En tout, 1135 personnes y trouvèrent la mort. Un drame qui relance la question du devoir des entreprises vis-à-vis de leurs sous-traitants. Cinq ans plus tard, les conditions de travail dans ces ateliers de l’autre bout du monde se sont-elles vraiment améliorées ? Comment responsabiliser les firmes alors que le textile est aussi la deuxième industrie la plus polluante au monde ? Et plus largement, y’a-t-il une volonté politique de créer un modèle d’entreprise plus éthique ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'essor de la fast-fashion, qu'on achète à très bas coût avec une obsolescence programmée est une double source de pollution: au niveau de la fabrication et car contrairement aux idées reçues on ne recycle aujourd'hui que 10 à 15% des textiles dans le monde. - Nayla Ajaltouni

Références sonores : 

  • Bangladesh : un an après la catastrophe du Rana Plaza / France Inter
  • Extrait du documentaire The big one / Michael Moore (1997)
  • Dedicated follower of fashion / The Kinks - Album :
    The Kink Kontroversy
  • Charlotte Nithard de l’association Les Robins des bois / Extrait du documentairede Yann Arthus Bertrand Vu du Ciel - Episode 9 : Mondialisation : le tour du monde d’un jeans
  • Modern slave (feat. R.A. the Rugged Man) / Chinese Man - Album : Shikantaza
Chroniques
14H55
3 min
Le Journal de l'éco
Les boues toxiques de la Montagne d'or
Intervenants
  • coordinatrice du collectif « Ethique sur l’étiquette », qui fédère de nombreuses ONG
  • professeure de gestion à l’IUT de Villetaneuse - Université Paris 13
  • Secrétaire générale du Point de contact national français de l’OCDE
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......