LE DIRECT
L’économie circulaire s’inspire des écosystèmes naturels dans lesquels rien ne se perd, tout se transforme.
Épisode 3 :

Le cycle de la solidarité

58 min
À retrouver dans l'émission

Par définition, l’économie de la fonctionnalité, à la base de l’économie circulaire, remet le service, et donc le lien social, au centre des échanges. Pourtant, au sein de l’économie circulaire, de grandes multinationales côtoient des structures de l’ESS, définies par leur projet démocratique.

Une Association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) est un partenariat entre des consommateurs et des producteurs locaux, reposant sur un contrat solidaire et en circuit court.
Une Association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) est un partenariat entre des consommateurs et des producteurs locaux, reposant sur un contrat solidaire et en circuit court. Crédits : LOIC VENANCE - AFP

Au sein de l’économie circulaire, deux types de structures cohabitent : les multinationales qui ont fait du déchet une ressource et du recyclage une activité rentable économiquement, et les structures portées par les acteurs de l’ESS, notamment dans le champ du réemploi, du recyclage et de l’insertion professionnelle et sociale, et ce depuis les années 1970.

Alors que l’économie circulaire compte maintenant des acteurs transnationaux, l’ESS n’a pas encore trouvé son ancrage mondial et se répartit localement à travers de nombreuses initiatives. Ce sont deux types d’économie qui évoluent en parallèle, qui comptent évidemment des acteurs en commun et des causes communes comme le développement durable de l’économie, mais l’ESS a la particularité d’avoir comme principe fondateur l’exigence démocratique, qui n’existe pas du tout dans l’économie circulaire.

Il faut travailler sur une autre manière de vivre ensemble, et pas seulement sur la réparation des dégâts réalisés par un mode de production inadapté, c'est travailler sur le vivre ensemble et sur la manière dont on peut s'opposer dans le débat au sein du vivre ensemble. - Nadine Richez-Battesti

Contribuant à l’éco-diversité de nos sociétés, l’ESS est composée de structures définies par la finalité sociale et solidaire de leur projet et par la gestion démocratique de leur organisation. L’ESS est une économie de la réparation mais aussi une économie de transformation de notre système socio-économique. Depuis le début de la crise, les structures de l’ESS ont rappelé leur importance et la nécessité de leurs actions, tournées vers les besoins sociaux, sanitaires, sportifs ou culturels. “L’économie sociale et solidaire peut et doit incarner la norme d’une économie d'après-crise”, soutient l’Observatoire de l’ESS, qui souligne tout de même, dans un récent rapport, combien le secteur est fragilisé par cette crise.  

Dans le secrétariat d'Etat d'Olivia Grégoire, il y a la conjonction entre l'ESS et la RSE, la responsabilité sociale des entreprises. Je pense que c'est une perspective d'avenir sur laquelle il faut travailler, tout en étant conscients d'une possible dérive de l'ESS par la RSE comme prétexte pour développer toujours pour une logique capitaliste avec des dégâts sociaux. - Hervé Defalvard

Comment l’ESS répond-elle aux manques de l’économie circulaire ? L’ESS marque-t-elle vraiment un renouveau démocratique dans les faits ? Pour en parler, nous avons fait appel à Hervé Defalvard, économiste et responsable de la chaire d'économie sociale et solidaire de l’université Gustave Eiffel, et Nadine Richez-Battesti, maître de conférences en sciences économiques à l’Université d’Aix-Marseille, chercheure au Lest-CNRS (Laboratoire d’économie et de sociologie du travail) et co-présidente de l’ADDES (association pour le développement des données sur l’économie sociale).

Références sonores

Références musicales

  • "People Have The Power" - Patti Smith
  • "Looking for Sunshine" - BRG & Yannick Berger ft. Brisa Roché

Pour aller plus loin

Chroniques

14H54
7 min

Le Journal de l'éco

Prix unique du livre : l’éducation commerciale
Intervenants
  • Economiste, responsable de la chaire d'économie sociale et solidaire de Paris-Est Marne-la Vallée
  • Maître de conférences en sciences économiques à l’Université d’Aix-Marseille, chercheure au Lest-CNRS et co-présidente de l’ADDES (Association pour le développement des données sur l'économie sociale)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......