LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ploutos, dieu de la richesse et de l'abondance dans la mythologie grecque.
Épisode 3 :

Les finances du culte musulman

58 min
À retrouver dans l'émission

Depuis la loi de 1905, les lieux de culte ne perçoivent aucune subvention publique. Entre dons privés et financements étrangers, les mosquées ont donc trouvé d'autres moyens de se financer. Quels moyens pour le culte musulman en France ?

Représentation de la cour de la mosquée Al-Azhar. C'est une des plus anciennes mosquées du Caire et siège de l'université du même nom.
Représentation de la cour de la mosquée Al-Azhar. C'est une des plus anciennes mosquées du Caire et siège de l'université du même nom. Crédits : Ivan Bilibin, 1928

Le financement de l'islam, au même titre que celui des autres religions en France est un débat ancien. Depuis 1905, les Églises et l'État sont séparés et les institutions religieuses ne perçoivent aucun financement public. Les lieux de culte s'appuient donc sur d'autres revenus pour assurer leurs activités. Selon un rapport sénatorial datant de l'été 2016, “le financement du culte musulman se rapproche de celui des autres cultes, notamment du culte catholique, qui provient à 80 % des dons des fidèles”. 

Mais à ce financement individuel s'ajoute une deuxième source de revenus : les financements étrangers. Malgré les idées reçues, ces apports sont relativement limités. Selon le même rapport, ceux-ci proviennent d'un petit nombre d'Etats et subventionnent seulement quelques mosquées, souvent des grandes mosquées régionales. Les principaux Etats donateurs sont le Maroc, l'Algérie, l'Arabie saoudite, mais aussi la Turquie qui rémunère indirectement ses cadres religieux et qui privilégie l’aide au fonctionnement à travers l’envoi d’imams, plutôt que la subvention des associations cultuelles. Chaque année, ces transferts d'argent s'élèveraient à quelques millions d'euros.

Malgré ce montant relativement bas, le financement étranger des mosquées françaises interroge, notamment celui qui se fait par des dons privés qui demeurent souvent sous le couvert de l’anonymat. À ce titre, le Président Macron affirmait début octobre son souhait de "libérer l'islam de France des influences étrangères". Pour essayer de mieux comprendre les mécanismes du financement de l'islam en France, nous avons fait appel à Haoues Seniguer, politologue, maître de conférences à Sciences Po Lyon et chercheur au laboratoire Triangle, laboratoire pluridisciplinaire.

Chroniques
14H54
4 min
Le Journal de l'éco
Télétravail : nécessité fait Loi ?
Intervenants
  • Maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon, chercheur au laboratoire Triangle (CNRS, ENS), directeur adjoint de l'Institut d'études de l'islam et des sociétés du monde musulman (EHESS/CNRS)
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......